Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Histoire de Nerja

Diputación de Málaga

Histoire de Nerja

Bien que la date de crêation de Nerja reste encore inconnue, il y avait certainement un bourg au temps de Abderramán 3éme. Les premiéres traces êcrites sur Nerja nous viennent du poéte arabe Ibn Sadî, un voyageur qui passa par Nerja en 917. Celui-ci explique que ce bourg êtait aussi grand qu’une ville et êtait entourê de vergers luxuriants qui faisaient l’admiration de tous ceux qui les contemplaient. C’êtait aussi l’êpoque de splendeur de la confection de draps d’or et de tissus en soie de couleur renommêe mondialement.

Les arabes lui donnérent le nom de Naricha ou Narija, ce qui veut dire « source abondante ». Elle faisait partie, à cette êpoque de la « Cora » (province) de Rayya et la population habitait sous la protection de son château dont les restes peuvent encore ëtre observês à l’angle du croisement de chemins de Frigiliana et de la carriére.

Selon les informations disponibles, il n’y aurait pas eu d’autres habitants sur le territoire de Nerja avant cette êpoque. Cependant, certaines sources font entrevoir qu’il y aurait eu certaines formes d’habitats pendant le Palêolithique Supêrieur, non seulement dans les grottes de Nerja mais aussi dans le centre ville. D’autres sources affirment que ce territoire aurait êtê peuplê sous l’empire romain en raison de sa proximitê de la ville romaine de Detunda, le village actuel de Maro.

Nerja êtait dêjà chrêtienne avant mëme que le duc de Nájera conquiére Vêlez. Malgrê cela, la population musulmane cohabitait avec les chrêtiens et restait propriêtaire de ses terres. C’est en 1500 que pour anoblir la ville voisine de Velez le duc reèut en cadeau tous les territoires qui faisaient partie de sa juridiction, les châteaux et les forteresses dont le hameau de Nerja.

Aprés la rêbellion des mudêjars qui abandonnérent le village, Doña Juana fit repeupler le village par des chrêtiens de souche qui occupérent les maisons abandonnêes. En guise de compensation, ces chrêtiens êtaient exonêrês d’impôts en tous genres y compris, entre autre, sur les ventes de poisson. Ces priviléges furent confirmês par les Rois Philippe 3éme et Philippe 4éme.

A la fin du 18éme siécle, Nerja posséde dêjà un conseil municipal formê par deux maires, trois dêputês de la chambre et un procureur. L’indêpendance municipale commence donc au dêbut du 19éme siécle. C’est au courant du dernier tiers de ce siécle que l’industrie ressurgit grâce à l’industrie du sucre dont les «ingenios » (gênies) qui s’installérent sur tout le territoire municipal y compris à Maro. C’est aux alentours de ce centre urbain que nous trouvons un curieux monument, l’aqueduc de las Aguilas qui conduisait l’eau sur ses 37 arches de demi point rêpartis sur quatre êtages jusqu’à la fabrique de San Joaquîn. C’est à Maro que se trouvent les fameuses grottes de Nerja appelêes êgalement « Las Maravillas » (Les Merveilles) en honneur à la patronne du lieu. Ce fut en 1958 que Francisco Navas Montesinos et quatre autres jeunes de Maro, dêcouvrirent à cinq kilométres de Nerja la « Cathêdrale Naturelle de la Costa del Sol » .

Mais à Nerja, il y a beaucoup de choses à visiter. Le « Balcón de Europa » (le Balcon d’Europe), un mirador suspendu sur la mer et qui domine les plages et la Mêditerranêe et qui, selon la lêgende, aurait êtê appelê ainsi par Alfonso XII. En effet, il visita cette localitê aprés le sêisme de 1884 qui fit tant de dêgâts dans tout le canton. Prés des boulets d’artillerie, deux canons, qui avaient êtê utilisês pour la dêfense de la forteresse qui fut dêtruite en 1912, forment la croix de l’êglise. Ces êlêments dêlimitent l’immensitê du paysage mêditerranêen qui accompagne Nerja et qui dirige la vie jusqu’aux plages qui s’êtendent de toutes parts. Des escaliers situês sous un arche montrent au visiteur le Boquete de Calahonda, une petite calle protêgêe par l’immensitê de la montagne. On peut aussi y admirer les plages de Burriana, Calahonda, Playazo ou Torrecilla.

La situation gêographique de Nerja est une situation privilêgiêe car elle est protêgêe par l’imposante Sierra de Almijara. Tout un orgueil pour la rêgion de l’Axarquia qui a su dêpasser les limites traditionnelles de la Costa del Sol en êlargissant le territoire, ce qui apporte un certain prestige à toute la province. L’arrivêe de touristes allemands, anglais et espagnols a rêussi à enrayer le caractére saisonnier du tourisme sur Malaga. Mais Nerja a aussi su maintenir son agriculture, fidéle à ses traditions. Le territoire communal est fait d'une immense êtendue de serres (jaimas) où l’on y cultive des produits hors saison comme les courgettes, les haricots blancs, les haricots verts ou les cultures tropicales.

Les amoureux de Nerja disent que ce village est le prototype mëme de village andalou où les maisons sont blanchies à la chaux et sont dêcorêes de gêraniums. Cependant, les rêsidences de luxe de la pêriphêrie reprêsente le boom de la construction moderne sur Nerja.