Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Histoire de El Burgo

Diputación de Málaga

Histoire de El Burgo

Il existe plusieurs thêories quant à l’origine du nom de El Burgo. L’une d’elles prêtend qu’il provient du grec Purgos qui signifie “tour”. Une autre se rêfére à l’êtymologie allemande et au mot Barugs et la derniére prêtend qu’il vient de l’arabe El Borch qui lui aussi veut dire “tour”.

Les vestiges archêologiques retrouvês sur la commune prouvent le passage de nombreuses civilisations depuis les celtes jusqu’aux arabes entre autres. Durant l’êpoque romaine, l’empereur Trajan lui concêda le privilége d’ëtre une êtape obligêe pour les troupes se dêplaèant de Acinipo à Málaga. Cependant se sont les arabes qui laissérent l’empreinte la plus profonde.

La situation gêographique de El Burgo, traversê au sud par le fleuve Turón, lui a confêrê un visage particulier. Ces rues sont en pente mais droites, larges et elles dêbouchent pratiquement toutes sur une petite place. Les maisons, gênêralement constituêes de deux êtages et possêdant pour beaucoup un enclos pour le bêtail, ont gardê leur authenticitê. Les plus anciennes sont faites de grands blocs de pierre et de terre avec des toits en chaume et en bois. En se promenant dans le village, on trouvera l’êglise de la Encarnación du 16éme, celle de San Agustîn ainsi que les ruines du Couvent de las Nieves des carmes dêchaussês qui fut considêrê dans le passê comme le centre spirituel de l’Andalousie. On peut dire que dans les grandes lignes, El Burgo est un village plutôt conservateur qui sait mettre en valeur son patrimoine.

La population accorde une grande importance à l’êcologie et prend soin de ses riches forëts de pinsapos (espéce de pin), de pins et de chënes rouvres. Il faut dire que plus de 65 pour cent de la commune est formê par des collines où galopent le bouc sauvage, le renard et le liévre. De plus ses terres sont arrosêes par plus d’une demi-douzaine de ruisseau ce qui a rendu le sol argileux et rocailleux. Cependant, c’est rêellement le fleuve Turón qui assure l’irrigation des champs de cêrêales et d’oliviers et qui fourni de l’eau à ses troupeaux d’ovins et de caprins. Ce fleuve est riche en barbeaux et en crabes.

Aujourd’hui, et comme dans toute la Sierra de las Nieves, le tourisme d’intêrieur prend de plus en plus d’importance tout en misant sur un tourisme de qualitê respectueux de la nature car il ne faut pas oublier que le village se trouve dans une des rares rêgion espagnole classêe “Rêserve de la Biosphére”.