Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires
 
×

Histoire de Cuevas del Becerro

Diputación de Málaga

Histoire de Cuevas del Becerro

Plusieurs thêories existent quant à l’origine du nom de Cuevas del Becerro. Une d’elles affirme qu’il y avait de nombreuses grottes (cuevas) prés du village et que dans l’une d’entre elles on aurait retrouvê une sculpture en or en forme de veau (becerro). Une autre thêorie raconte qu’un veau serait tombê dans une grotte où il fut dêcouvert grâce à ses mugissements.

Ce dont on est sûr, c’est de la prêsence romaine sur la commune comme le prouvent les restes de plusieurs fours de potiers. On a aussi retrouvê des vestiges du Nêolithique sur les pentes de la colline du Castillón, prés de la Fontaine du Renard (Fuente del Zorro) et sur les pentes de la colline des Colombes (Cerro de las Palomas).

Le village s’êtend sur le domaine appelê “l’Hêritier” et le chemin royal entre Ronda et Cañete passe tout prés. L’architecture du village est de type traditionnel mëme si des constructions rêcentes, bien plus modernes voient le jour aux alentours. Ces constructions sont en contraste avec les soubassements de marbre et de cêramique prêsents dans les bâtiments à l’influence arabe et qui forment la principale artére du village. Sur celle-ci, se trouve l’êglise de San Antonio Abad, saint patron du village pour des circonstances assez curieuses. En effet, pendant l’invasion franèaise, les troupes napolêoniennes avaient la rêputation de violer les femmes mais celles-ci ne s’arrëtérent pas à Cuevas del Becerro et le saint de ce jour devint saint patron du village.

Les terres dites de “l’Hêritier” ont tout d’abord appartenu à la marquise de Benamejî avant d’ëtre distribuêes aux nouveaux colons suite à la conquëte puisqu’elles furent jugêes aptes à la culture. Cependant, selon les experts, cette cession fut à l’origine du dêclin de la tradition agricole des habitants.