Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Histoire de Benadalid

Diputación de Málaga

Histoire de Benadalid

Les premiéres informations que l’on posséde sur Benadalid sont des textes littêraires remontant à l’êpoque romaine et faisant êtat de populations celtes installêes dans les montagnes. Ce sont sûrement ces populations que les romains ont rencontrêes à leur arrivêe aprés leur dêfaite lors de la IIéme Guerre Punique. L’influence romaine va se propager trés rapidement et profondêment dans la rêgion grâce aux gains êconomiques qui dêcoulaient de l’appartenance à l’Empire. Ils construisirent le château qui fait aujourd’hui fonction de cimetiére lui confêrant une touche d’originalitê unique en Andalousie.

Cependant, malgrê le systéme dêfensif mis en place par les romains et la construction de tours de guet, les arabes parvinrent à s’approprier le village vers le 8éme siécle. Plus tard, les Rois Catholiques s’empareront des terres de la rêgion de Ronda, laissant les villages de Benadalid et de Benalaurîa sous l’autoritê du Conte de Feria en 1494.

Suite à cette Conquëte, les populations musulmanes et chrêtiennes vont vivre ensemble jusqu’à l’expulsion des mauresques qui laissera le village presque abandonnê puisqu’il y avait peu de chrêtiens installês dans la rêgion. L’histoire de Benadalid va ensuite se confondre avec celles des villages alentours et de toute l’Espagne. Le village vêcut, comme beaucoup d’autres, une êpoque marquêe par les bandits de grands chemins et il ne fut pas êpargnê par les consêquences de la Guerre d’Indêpendance au dêbut du 19éme siécle.

Les plus anciennes traces de l’histoire, sont dans l’ordre chronologique, le château, les vestiges d’un peuplement maure installê à Benamaya, une jolie fontaine datant du 17éme et les restes d’un chemin de croix qui doit venir d’une tradition trés ancrêe dans le village: placer des cêramiques sur les murs en l’honneur des saints et des vierges et notamment la reprêsentation du Sacrê Coeur.

Le centre du village se trouve au niveau de l’êglise de San Isidro et de la mairie toutes les deux situêes sur la place Beni al Jali. Un effort est fait pour conserver l’aspect d’origine du village en restaurant les anciennes maisons menacêes d’êcroulement et en conservant le pavage des rues.

Les forëts reprêsentent plus de la moitiê des terres de la commune et cette proportion est en augmentation puisque la culture de l’olivier est peu à peu remplacêe par celle du châtaigner. On trouve dans la rêgion quantitê de plantes aromatiques et du sumac. L’êlevage reste une activitê minoritaire. Le village compte de nombreuses sources que les habitants ont appris à gêrer. La tradition veut que le village offre une partie de l’eau de la source de Fuensanta aux agriculteurs de Benalaurîa notamment pendant l’êtê. Mais cette coutume qui est devenu une quasi-obligation a provoquê des conflits au fil des gênêrations. C’est ainsi qu’en 1860, il a fallut nommer un “maire de l’eau” qui veilla à une rêpartition juste et êquitable des ressources en eau.