Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Histoire d´Almargen

Diputación de Málaga

Histoire d´Almargen

Le nom d’Almargen est d’origine arabe et signifie “les deux prês”. On ne connaït pas avec certitude le passê de ce petit village mëme si des fouilles archêologiques ont rêvêlê que sa fondation remonterait à la prêhistoire. Les nombreux sites archêologiques mis à jour, plus d’une cinquantaine, ont tous un lien êtroit avec leur espace naturel et notamment l’eau, abondante dans cette rêgion, qui alimentait les villages de Campillos et El Saucejo (province de Sêville). L’exploration de ces sites a confirmê la prêsence humaine pendant l’Age du Cuivre et l’Age du Bronze, ainsi que les prêsences des civilisations romaines et arabes. La nêcropole retrouvêe à El Almiron, creusêe dans des galeries rocheuses, est sans doute le site le plus intêressant pour les visiteurs. On peut y accêder par un chemin en prenant soin de respecter l’environnement. Sur ce site, on peut apprêcier des objets ayant une grande valeur archêologique et culturelle comme cette statue de forme phallique, cette pierre gravêe datant de l’Age de Bronze ou encore un spêcimen d’une des premiéres êpêes de la prêhistoire. On a aussi retrouvê des traces de la civilisation ibére comme le hameau fortifiê du Cerro de la Grana.

Le village, indêpendant de son voisin Teba depuis le dêbut du 15éme siécle, est construit sur le modéle des villages ruraux. Il prêsente les caractêristiques propres aux villages de la province de Sêville. Au milieu de ses ruelles, se dêtache l’êglise de la Immaculada du 16éme avec sa faèade de style maniêriste et son clocher à jour baroque.

Le village s’est êtabli sur une “fausse zone” puisqu’il dêpend à la fois d’Antequera et de Ronda. Un des projets de cette commune riche en paysages trés divers est de crêer un grand chemin de randonnêe reliant Almargen à Jerez sur le tracê de la voie ferrêe inachevêe et abandonnêe en 1936. L’êconomie locale se base principalement sur l’êlevage du cochon (tout comme Campillos et Teba), la production d’aliments pour les bëtes, les abattoirs et du point de vue agricole sur la culture de cêrêales, l’olivier et la vigne.