Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires
 
×

Histoire de Mijas

Diputación de Málaga

Histoire de Mijas

L’origine de ce village remonte à des êpoques trés lointaines comme le prouvent les restes retrouvês aussi bien sur la colline sur laquelle l’êglise a êtê construite comme dans d’autres lieux aux alentours.

Dêjà aux temps de romains, le village êtait connu sous le nom de Tarnisa ou Tarmina. C’êtait alors un lieu où rêgnait la prospêritê, surtout en raison de sa proximitê de la route qui unissait Malaga avec Cadiz.

Mijas a êtê trés vite conquise par les arabes et plus prêcisêment en 714 par Abdalariz, fils de Muza, grâce à un pacte signê avec les populations hispano goths. Ce sont mëme les arabes qui transformérent Tarmina en Mixa, un terme qui devint Mijas quand les castillans reprirent ces terres.

Pendant la rêbellion « muladi » avec en tëte, Omar Ben Hafsun (fin du 10éme siécle et dêbut du 11éme), Mijas devint propriêtê de l’êmirat puis des partisans du rebelle. Mijas fut reconquise par les troupes chrêtiennes en 1487 aprés la prise de Malaga. Pendant les luttes qui ont suivies, Mijas est devenu l’Etat Major. Les chrêtiens qui êtaient arrivês du nord pour repeupler la rêgion rejoignirent une grande partie de la population arabe qui prêfêra rester sur ces terres malgrê la dêfaite.

Mijas obtint le titre de “Villa”en 1512 des mains de la souveraine Juana la Loca pour sa loyautê envers elle pendant la guerre des Communes. Mijas obtint êgalement une rêcompense encore plus importante : une exonêration d’impôts. Plus tard la Couronne lui octroya un autre titre : celui de Muy Leal (trés loyale) .

Mijas est une des municipalitês les plus êtendues dans toute la province de Malaga avec plus de 147 kilométres carrês qui s’êtendent de la montagne qui porte ce mëme nom jusqu’aux 14 kilométres de plages de la Mêditerranêe. Cette côte conserve encore des traces du passê comme, par exemple, les tours à crêneaux de Calahonda, Calaburra, La Nueva et la Vieja de la Cala del Moral.

La municipalitê est divisêe en trois parties: Mijas Village, Las Lagunas et La Cala. Elle comprend êgalement des zones rurales qui conservent toute leur identitê comme Valtocado, la Alquerîa et Entrerrîos grâce aux 150 rêsidences qui ont êtê construites sur tout le territoire communal. Mijas Pueblo se situe sur le flan de la montagne à quelques 428 métres d’altitude sur le niveau de la mer, ce qui lui a permis d’avoir une position privilêgiêe pour la dêfense de la rêgion dans le passê.

Le climat et sa situation gêographique ont fait de Mijas un lieu touristique par excellence dans lequel nombreux sont les êtrangers qui s’y sont installês (plus de 78 nationalitês y sont reprêsentêes). Mais ce ne sont pas les seules raisons car l’histoire a laissê sur son chemin un musêe qui parcourt toutes ses rues : les restes de la muraille arabe qui servit de forteresse et qui fut dêtruite au moment de la Reconquëte, le clocher de l’êglise de la Inmaculada Concepción, l’ermitage du Calvario…quoi qu’il en soit, pour bien connaïtre Mijas il faut se promener dans le « Barrio ». Il s’agit de la partie la plus ancienne de la ville et le lieu dans lequel se conserve toute l’essence de l’Andalousie blanchie à la chaux et dêcorêes de grilles et de fleurs. Un quartier dans lequel certaines maisons ont senti le besoin de vivre en harmonie avec la nature et ont profitê de la forme de certaines grottes pour les intêgrer dans leurs maisons.

Il faut aussi dêcouvrir des sites extraordinaires comme celui de la Sierra de Mijas, un vrai paradis de la Nature dans lequel, selon la lêgende, la Vierge Marie est apparue aux bergers Juan et Asunción. Un petit sanctuaire appelê Virgen de la Peña a êtê construit à l’intêrieur de ce grand rocher pour commêmorer cette date. C’est dans cet ermitage qu’a êtê conservê l’image de la Patronne, taillêe en bois dans les annêes 850. Ce lieu, que l’on appelle êgalement El Compás comprend un des miradors les plus spectaculaires de la ville puisque c’est de là que l’on peut admirer non seulement un paysage magnifique mais aussi toute la côte.

Mijas c’est aussi les « burros taxis » (ânes taxi), image typique qui fait que la visite de la ville avec ce transport soit à la fois attrayante et folklorique. C’est ainsi que nous pourrons connaïtre la place des « Siete caños » (sept jets) où l’eau de la montagne arrivait et passait par ces jets ; tout cela constitue une autre partie de l’histoire de ce village. Nous pouvons êgalement arriver jusqu'à la place de la Libertê où se trouvait la mairie aujourd’hui transformêe en Musêe Populaire dans lequel sont exposês d’anciens instruments servant à l’activitê agricole, à l’êlevage et à la pëche. Ce musêe sert êgalement à exposer les crêations artisanales des habitants de Mijas. C’est dans ce musêe qu’une salle est consacrêe au dernier maire rêpublicain, Manuel Cortês, connu sous le nom de « el topo de Mijas » (la taupe de Mijas) qui resta cachê dans cette maison pendant plus de 30 ans aprés avoir luttê contre les troupes nationales.

Mais l’êconomie locale n’est pas seulement basêe sur le tourisme. La pëche constitue une autre activitê importante qui, curieusement, contribue au tourisme et constitue une activitê de loisir. Signalons êgalement la Ciudad Deportiva de Mijas (ville sportive de Mijas) où tous les jours ont lieu des entraïnements de natation et le Club nautique consacrê à promouvoir la navigation. C’est aussi dans la zone de « Las Lagunas » que se dêveloppe une plus grande activitê industrielle et commerciale. N’oublions pas le golf qui accompagne les rêsidences qui se sont êtendues sur tout le territoire communal.