Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Histoire de Canillas de Aceituno

Diputación de Málaga

Histoire de Canillas de Aceituno

L’origine du nom du village de Canillas de Aceituno semblait venir de Azzeitun qui en arabe veut dire “oliviers” mais on a dêcouvert que tel n’êtait pas le cas. En effet, le hameau êtait cêlébre à l’êpoque arabe pour sa soie qui se dit en arabe “azeytunî”. C’êtait une soie naturelle et teintêe qui avait beaucoup de succés dans le quartier de l’Albaycîn à Grenade. C’est pour cela, que mëme aprés la conquëte chrêtienne il y avait beaucoup de mûriers dans la rêgion puisque leurs feuilles servaient à alimenter les vers à soie. On peut encore trouver dans le village la maison où on devait payer l’impôt sur la production et la rêcolte de la soie et qui s’appelait la Maison de la Dïme. Elle est connue aujourd’hui sous le nom de Maison de la Reine Maure, probablement pour avoir servi de rêsidence secondaire à quelque princesse arabe.

Dans tous les cas, le village en tant que tel n’apparaït sur des documents qu’à partir de la rêbellion des mauresques et son futur rattachement aux terres du Marquis de Comares.

Un des faits historiques les plus marquants de cette êpoque est l’attaque de la ferme de Pedro Mellado, avec à sa tëte le brigand maure Andrês el Xorairán, natif de Sedella. En reprêsailles de ces actes, Pedro Mellado se fit justice lui-mëme en capturant et torturant huit mauresques choisis arbitrairement dont le propre gouverneur du village de Canillas de Aceituno. Cet acte injuste aura sa copie conforme durant la bataille du Rocher de Frigiliana. En fin de compte, le château fut saccagê, le village dêtruit et vidê de ses habitants sur l’ordre de Felipe IIéme en 1571.

Le village contient encore beaucoup de vestiges mudêjars que les chrêtiens ont conservês. Au croisement des rues Agua et San Antonio, s’êléve un arc maure qui traverse toute la rue. On en trouve un autre exemple dans la rue Calleja. La demeure construite sur les vestiges de l’ancien château arabe de Canillas Sazeytuno, qui dominait tout le village et dont il reste les fondations, est êgalement d’origine mudêjar. Le roi Felipe IIéme ordonna de dêmolir pierre par pierre la forteresse pour empëcher de nouveaux rassemblements mauresques comme celui qui eut lieu lors de la Rêbellion de Bentomiz (1569-1570) qui selon l’historien Josê Luis Jimênez Muñoz trouva son origine et son centre nêvralgique dans le village de Canillas.

L’êconomie locale reposait traditionnellement sur la culture de la soie et de la vigne jusqu’à ce que ces deux productions s’êcroulent terriblement. En effet, la soie fut abandonnêe suite à la conquëte chrêtienne et la vigne, entretenue par les chrêtiens, disparut presque complétement suite à l’êpidêmie de phylloxera. Malgrê cela, une des rares caves de la Axarquîa est toujours en activitê dans le village actuellement. Aujourd’hui, l’êconomie repose surtout sur la production agricole, notamment sur l’exportation d’avocats, et sur les ateliers de menuiserie, de meubles et de vëtements.

La population de Canillas se rêpartit entre le village en lui-mëme et les hameaux alentours entre autres La Huerta, Los González, El Tajo, Portugalejo, Los Ruîces, Posada del Granadillo, Los Capitos, Loma de las Chozas et une partie de Rubite. La commune est riche en espaces naturels comme La Rahige, prés du fleuve Almanchares, La Rábita, La Fájala ou El Saltillo.