Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Histoire de Igualeja

Diputación de Málaga

Histoire de Igualeja

Il semblerait, selon les seules informations disponibles, que les premiéres colonies s’installérent à Igualeja au temps de l’invasion arabe dans la Cora (province) de Takuranda et que plus tard, quand les Rois Catholiques conquirent la rêgion, cette contrêe devint propriêtê de Ronda comme domaine de l’Infant Don Juan. A sa mort, c’est sa veuve qui en devint propriêtaire jusqu’à ce que la Couronne la reprenne à son dêcés. Aucune autre information n’apparaït plus tard.

Les armoiries de Igualeja, sur lesquelles reposent la Couronne d’Espagne, sont formêes d’un oeil dorê sur les extêrieurs que des lignes ondulêes bleutêes et argentêes traversent et sur lequel reposent, sêparêes par un champ dorê en fond, deux maisons aux toits dorês et aux faèades bleutêes.

La Serranîa de Ronda ne peut ëtre comprise sans le fleuve Genal. Le fleuve Genal naït presque à l’intêrieur de cette localitê situêe à 693 métres sur le niveau de la mer. Seuls 200 métres sêparent la naissance du fleuve et le centre ville. Ce n’est pas le seul fleuve qui passe par ce territoire communal puisque les montagnes qui s’inscrivent sur la municipalitê (Blanca, Bermeja et Palmitera) forment une sêrie de vallêes par lesquelles passent les riviéres Seco et Guadalmina. Ce qui fait que plus de 67 pour cent de ce territoire est composê de forëts. Le reste est fait de roches et de terres rocailleuses avec quelques cultures (moins de 10 pour cent).

Igualeja, avec le plus grand nombre d’habitants, est pratiquement la capitale du canton du Valle del Genal. Proche de la côte, nombreux sont les habitants qu’y se dêplacent pour y travailler. Cependant, cette contrêe est profondêment rurale. Une promenade dans le centre ville nous fait passer par des rues êtroites, pavêes et cimentêes de pierres apparentes. Certaines rues sont trés inclinêes et de magnifiques recoins nous montrent la passion des autochtones pour entretenir leur village avec soin. L’atmosphére qui s’y respire est une atmosphére de bois dont le châtaigner en est le maïtre absolu. Mais Igualeja a êgalement un cachet international comme le prouvent tous ces êmigrês qui sont revenus d’Allemagne, de Suisse, de France et de Belgique.

Cette promenade nous conduit vers l’êglise de Santa Rosa de Lima avec l’Alminar (une figure gêomêtrique rectangulaire composêe de quatre arches de demi point sur le corps du clocher) ou vers l’ermitage du Divino Pastor du 18éme siécle. Tous ces êdifices se projettent sur une place carrêe avec fontaine, ce qui divise cette localitê en deux quartiers. Les maisons couvertes de toits arabes, d’un ou deux êtages, sont blanchies à la chaux et sont ornêes de balcons et de grilles en fer forgê.