Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Histoire de Genalguacil

Diputación de Málaga

Histoire de Genalguacil

L’origine du nom et les mines qui ont êtê trouvêes sur son territoire municipal laissent à supposer qu’un notable s’installa sur ces terres à cette êpoque là. Il reste des traces de l’existence de mines d’or, d’argent et de cuivre dans la grotte Cueva de Baque et qui furent exploitêes par les phêniciens et par les grecs. Il reste êgalement des vestiges culturels sur los Morteretes non loin du mont Los Reales.

Un peu plus tard, selon Don Diego Hurtado de Mendoza (chroniqueur des guerres de Grenade), pendant l’expulsion des morisques, une sêvére rêbellion s’instaura et entraina la mort de l’aristocrate Alonso de Aguilar aux mains du chef maure El Feri de Benestepar.

Aprés cette expulsion, la localitê fut repeuplêe par les chrêtiens venus d’autres rêgions et, selon le recensement ecclêsiastique de 1586, le centre de Genalguacil figure comme suzerainetê du Duc de Arcos. Le village obtint le brevet de village mais on ne sait pas qui fut le monarque ni l’êpoque à laquelle il fut octroyê.

Genalguacil est un village entourê de Nature et presque 90 pour cent de son territoire communal est fait de forëts. C’est sur ce territoire que se trouve une des plus grandes sapiniéres de toute la Serrania de Ronda. Les conditions du terrain sont telles qu’elles en font un lieu trés paisible couvert de maisons anciennes, d’un seul êtage et aux toits faits de tuiles arabes. Au centre, c’est l’êglise San Pedro de Verona qui se fait remarquer. Le tracê urbain correspond essentiellement à un tracê primitif avec quelques rues seulement de tracê êgal ; les autres rues sont êchelonnêes, assez êtroites dans l’ensemble avec de nombreux êcarts et coins. Tout cela en accord avec de vieilles structures d’origine arabe.

Genalguacil est plongêe dans une Nature privilêgiêe en particulier due aux êlêvations de Posteruelos, Benastepar et Quejigal ainsi que le mont Los Reales qui constitue une masse colossale de roches en êruption et de gorges peuplêes de sapins à seulement 8 kilométres de la Mêditerranêe.