Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires
 
×

Arènes de Ronda

Diputación de Málaga

Arènes de Ronda

Les Arénes de Ronda,de par leur histoire, leur architecture, leur caractére et leur beautê sont reconnues comme une des plus anciennes d´Espagne et une des plus monumentales qui existent.

Ce n'est pas par hasard que l´on considére Ronda comme un des berceaux de la tauromachie moderne, apparue au 18éme siécle, dans une ville où on conservait trés vivante la tradition de la cavalerie existant une corporation consacrêe à la conservation de l'art êquestre. Les besoins de dêfense du territoire ont fait que Philippe II (felipe II) fonde en 1.572 la "Real maestranza de Caballerîa de Ronda"(La Sociêtê royale de Cavalerie de Ronda), pour qu'on maintienne le dressage nêcessaire des chevaux. Pour cela ce corps a consacrê un espace de la ville pour les exercices êquestres entre lesquels, comme il est de tradition en Espagne depuis le Moyen-Âge, on a inclus les jeux d'habiletê avec des taureaux.

Quand au 18éme siécle les "toreros" à pied prennent le reléve des cavaliers dans les jeux avec le taureau, apparaït à Ronda la famille "Romero", qui pendant trois gênêrations rêunit les ``toreros´´ les plus singuliers de l'êpoque. Parmi eux, il faut mentionner, D Pedro Romero (1754-1839), figure la plus reprêsentative que la tauromachie. Il a estocadê plus de 5.000 taureaux sans souffrir une seule êgratignure. Sa personnalitê a fait que son mêtier obtienne une grande reconnaissance sociale et un grand respect de par son courage, son habiletê et son sens de l´ esthêtique.

L'essor de la tauromachie a conduit la "Real Maestranza de Caballerîa de Ronda" à construire sa fameuse place , oeuvre qui est attribuêe à D Josê Martîn d'Aldehuela, le mëme architecte du grandiose ``puente Nuevo sobre el Tajo´´ (Nouveau Pont sur le Ravin).

La construction a durê six ans et les Arénes ont êtê inaugurêes en 1785 avec une corrida de taureaux avec Pedro Romero et Pepe Illo. En grés, la noblesse de son plan architectonique, avec sa double galerie d´arcades et l'absence de gradins dêcouverts, lui donne plus l´aspect d´un cloïtre que d' une enceinte pour les spectacles taurins, rappelant la cour circulaire du cêlébre Palais de Charles Quint à l´Alhambra de Grenade. Avec 66 métres de diamétre, elles sont entourêes par une allêe formêe par deux anneaux en pierre. Les gradins se composent de cinq rangs de deux êtages, avec 136 colonnes formant 68 arcs de colonnes toscanes, sauf celles de la Tribune prêsidentielle. Celle-ci est faite de colonnes striêes avec une dêcoration vêgêtale dans les êcoinèons et une frise dêcorêe de petites roses. La tribune principale se situe sur le toril avant alignê avec la faèade principale, mais cet axe est aujourd'hui rompu dû au transfert de ce portail dans la rue "San Carlos", aujourd´hui appelêe "Virgen de La Paz" (Vierge de la Paix). Le toit de la place est à deux pentes en tuile arabe ; l'êlêgance de son intêrieur rend ses arénes incomparables.

Au 20éme siécle, une seconde dynastie de toreros de ronda, les Ordoñez, donna lieu à une autre contribution de Ronda à l'histoire de la Tauromachie. Cayetano Ordoñez et leur fils Antonio Ordoñez suscitérent par leur maniére de concevoir la tauromachie l'intêrët de personages tels que Orson Wells et Ernest Hemingway.

Ce fut en effet Antonio Ordoñez qui, en 1.954, a crêê la corrida dêdiêe à Goya mondialement connue, où les ornements et les vëtements nous transportent à l´êpoque du brillant peintre Francisco de Goya y Lucientes.

Art et monuments > Édifice remarquable
C/ Virgen de la Paz, s/n, CP 29400