Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Azuré porte-queue. Lampides boeticus (Linaeus, 1767)

Diputación de Málaga

Azuré porte-queue. Lampides boeticus (Linaeus, 1767)

Envergure des ailes : entre 2,2 et 3,4 cm.

Routes celle observée

Identification

Ailes fermées : il présente une succession de bandes marron clair et blanches sur chaque aile, les plus proches du bord externe de l’aile postérieure étant plus larges et visibles. Il possède un appendice lui servant de fausse antenne sur l’aile postérieure et deux taches noires bordées de bleu ciel, imitant des yeux.

Ailes ouvertes : on le voir rarement ouvert. Les deux ailes sont teintées de bleu clair ou de violet, en plus grande proportion chez le mâle, dont les bordures sont larges et de couleur marron foncé et. La femelle est totalement marron clairsemée d’écailles bleues ou violacées. Les deux sexes ont des taches sombres autour de la fausse antenne

Espèces similaires

Brun du pélargonium : il est moins grand ; lorsque ses ailes sont ouvertes, ce qui n’arrive pas souvent, les deux sexes sont entièrement marron ; fermé, il est grisâtre ou marron plus foncé ; il n’a pas de larges bandes blanches et les faux-yeux sont souvent très réduits, parfois invisibles.

Azuré de la luzerne : ouvert, il ressemble assez à l’Azuré porte-queue, mais ne se montre ainsi que rarement ; en outre, le mâle n’a pas de taches sombres autour des fausses antennes ; fermé, il est gris, avec des taches plus foncées bordées de fines bandes claires ; une ligne grise discontinue longe le bord externe de chaque aile ; les faux yeux sont entourés de deux anneaux, l’un bleu ciel et l’autre orangé.

Biologie et Habitat

Il vole toute l’année de façon très constante, avec plusieurs générations qui se chevauchent, probablement trois, émergeant principalement au mois de mars, entre mai et juillet et en octobre-novembre.

Présent dans tous les types d’habitats, depuis les zones forestières bien conservées jusqu’aux villages et aux villes, il est toutefois plus habituel de le trouver dans les paysages montagneux, ouverts et bien ensoleillés. En zone urbaine, il peut se trouver dans les parcs et les jardins, où ses chenilles s’alimentent d’arbustes ornementaux, d’origine exotique, comme le polygale à feuilles de myrte (Polygala myrtifolia). Parmi les plantes autochtones, elles se nourrissent de différentes légumineuses, les plus appréciées étant l’ajonc (Ulex spp.) et le trèfle bitumeux (Bituminaria bituminosa).

Répartition Gran Senda

Il est présent sur toutes les étapes du GSM, bien que dans celles du littoral et du nord de la province il soit plus rare et localisé.