Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Piéride du câprier. Colotis evagore (Klug, 1829)

Diputación de Málaga

Piéride du câprier. Colotis evagore (Klug, 1829)

Envergure des ailes : entre 2,8 et 4 cm.

Identification

Ailes ouvertes : l’aile antérieure présente des écailles noires éparses sur sa partie intérieure, à la base des ailes, ainsi qu’un tout petit point au milieu de l’aile ; l’apex est coloré de noir, avec des taches orange et noires en forme de triangle sur le bord. L’aile postérieure a des taches noires sur le bord.

Ailes fermées : l’aile postérieure a un fond jaune pâle avec un petit point noir accolé à une tache orange ainsi que des écailles noires éparses sur toute l’aile.

Espèces similaires

Bien qu’à première vue il pourrait être confondu avec le mâle de l’Aurore, comme il s’agit d’espèces aux besoins écologiques totalement opposés, le milieu de l’observation de la Piéride du câprier donne déjà une bonne piste sur son identité.

Biologie et Habitat

Il s’agit d’une espèce africaine qui colonise la province aux saisons propices. Il peut être vu à la fin de l’été et au début de l’automne, mais également en plein hiver, quoique moins souvent.

Il vit dans les lieux où pousse le câprier (Capparis spinosa), plante dont se nourrissent ses chenilles. Ces plantes peuplent généralement les ravins et les talus rocheux à la végétation rare, principalement dans les milieux côtiers, mais aussi à l’intérieur des terres, dans des endroits rocailleux, y compris dans les champs d’olivier et les jachères.

Répartition Gran Senda

En raison de son caractère migrateur, lors des bonnes années pour l’espèce, il peut être vu pratiquement à n’importe quel endroit de la province. Il se reproduit parfois sur le GSM dans les alentours des étapes côtières de l’Axarquía, sur les talus et les ravins où pousse le câprier. Des individus en migration ont été vus à différents endroits de l’étape 32, à son passage para la commune de Mijas. Des colonies ponctuelles sur les étapes nord de la province ne sont pas à écarter, au vu de la grande concentration de câpriers.