Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles. Informations supplémentaires

 
×

Variante GR 249.1. Mollina - Humilladero - Fuente de Piedra

Diputación de Málaga

Variante GR 249.1. Mollina - Humilladero - Fuente de Piedra

Pour des raisons pratiques le parcours possède trois tronçons bien distincts, qui figurent d’ailleurs comme tels sur les panneaux d’affichage. Il est évident que les trois centres-villes sont des points de référence et qu’ils abritent les plus belles parties du parcours pour les marcheurs, à travers bois et champs.

Un paysage singulier

La Sierra de la Camorra est un grand îlot rocheux qui domine la Plaine d’Antequera, sur lesquels se rejoignent diverses voies de communication très anciennes, tout comme celles que l’on emprunte. Si la commune de référence la plus proche de cette réserve naturelle est Alameda ; pour notre deuxième objectif montagneux du jour, ce sont la Sierra de Humilladero, Mollina et surtout Humilladero qui le seront. En suivant le chemin jusqu’à Mollina et en continuant à partir d’Humilladero, le paysage n’a pas changé par rapport à autrefois, avec ses champs d’oliviers, de céréales et sa vigne comme uniques protagonistes. A certains moments, la mosaïque formée par ces champs de culture se transforme en un paysage spectaculaire, entretenu par un travail agricole régulier.

Ce sera probablement la limite très marquée entre les champs d’oliviers et la pinède qui constituera l’attraction du jour. Cette cohabitation, sûrement fluctuante et compliquée au fil des millénaires se trouve désormais stabilisée. Les principaux massifs de pinèdes de repopulations sur des kilomètres à la ronde sont reconnaissables pendant toute l’étape. Bien que la densité du bosquet soit faible ; dans certaines clairières ou en bordure de forêt, on peut apprécier un maquis méditerranéen très intéressant avec de nombreuses espèces, en particulier le romarin, le sparte et les cistes. De temps en temps on aperçoit des chênaies, prémisses des forêts de chênes-verts et, sous les pins maritimes, on trouve beaucoup d’oliviers sauvages qui s’adaptent très bien à ce type de sol.

De la Sierra de la Camorra à Mollina (jusqu’au km 3,5)

Les trois premiers kilomètres et demi nous conduisent au cœur de Mollina, avec son église de Notre Dame de la Oliva et le couvent de l'Ascension ou la Ferme de la Villa, comme principaux centres d’intérêt, se trouvant tous deux à l’entrée même du village.

Le parcours commence à s’écarter du tracé initial de l’étape 17 lors de la séparation physique entre la masse rocheuse de la montagne et le pic du Pegote, où se trouve un endroit connu sous l’étrange nom du Perezón Colorado qui donne son nom au chemin et sur lequel pousse désormais une forêt d’oliviers. Au début, il faut effectuer une légère ascension qui conduit à un plateau d’où l’on domine le tracé droit du chemin de terre. Juste à cet endroit, la très dense pinède forme une clairière occupée par des chênes rouvres, du sparte et des cistes. La célèbre quantité de lapins réputée dans tout ce canton fait qu’il bénéficie de l’aide d’associations de chasseurs grâce à la construction de viviers pour ces animaux, qui sont la base de l’alimentation des grands prédateurs de la forêt. La bordure bien définie de la pinède (km 0.5) est précisément le lieu où vivent les plus grands spécimens de pins maritimes, du fait de leur accès à une forte luminosité. Tel un rideau, ils dévoilent la première vue sur le village de Mollina, au loin au sud, en suivant le Chemin du Perezón Colorado.

Tout d’un coup, l’oliveraie devient prédominante, étant en effet très courante sur ce doux piémont. Parfois, les spécimens d’oliviers seront très anciens, d’autres seront plus jeunes avec trois ou quatre troncs et en pleine production d’olives à consommer ou pour faire de l’huile d’olive, et dans de rares cas, les arbustes auront été plantés il y a peu. Ce qui impressionne le plus dans cette jolie promenade, c’est l'alternance avec les fameux vignobles de Mollina, qui occupent de grandes parcelles sur ces terres si rouges. Cela ne semble donc pas un hasard si la colline de forme allongée que l’on laisse à l’ouest lorsqu’on traverse la première rivière avec sa petite forêt de peupliers s’appelle Cerro Colorado, comme le Perezón (étang temporaire de faible profondeur) qui donne son nom à ce chemin.

Avant d’arriver à Mollina, la tendance concernant les drainages de la montagne est toujours la même que dans l’Etape 17, bien qu’elle soit moins importante. On traverse quelques cours d’eau qui appartiennent à la rivière Aceiteros, parallèle à la précédente et avec la même destinée, la lagune de Fuente de Piedra. Dans le deuxième gué, on voit bien que le lit de la rivière est légèrement encastré dans les roches argileuses et que des murets en pierre soutiennent le rivage. D’autre part, Mollina siège au sommet d’un petit pic qui représente également le début des cours d’eau saisonniers vers l'est. L’un d’entre eux est celui de la Zanjilla, qui puise un apport d’eau important dans la source qui donne son nom au pic suivant : le Cerro de la Fuente. Nous quittons cette petite colline à gauche après être passés par le Hameau de la Sierra.

Une légère cote nous conduit à une colline sur laquelle se dresse une initiative religieuse très connue et développée par des jeunes : la Casa de la Paz (Maison de la Paix), avec une incroyable vue du fait de sa situation à mi-distance entre la forêt et le village. En légère pente, nous descendons et traversons un petit cours d’eau encastré et nous quittons les chemins de Mollina à Alameda d’abord à gauche, puis celui de la Camorra à droite, dans les deux cas le GR effectue en effet de légers virages. Un panneau d’affichage annonce la bienvenue à Mollina par la rue Sierra de la Camorra, rejoignant dans cette traversée la rue Carreteros, qui donne sur la place principale, ainsi que la rue Real. Ensuite, il faut continuer jusqu’à l’avenue de la Source et contourner la zone industrielle Casería del Castaño en direction du sud avant de prendre à nouveau des chemins de terre.

De Mollina à la Sierrecilla par la pinède (jusqu’au km 10,8).

Dans l’horizon le plus immédiat, on voit une imposante construction abandonnée, le domaine de la Sierra, ainsi que le mont de la Fuente. Entre les deux, nous devons contourner un plateau d’où nous apercevons un sol calcaire qui repose sur de l’argile rouge percée par les terriers des lapins.  L’obstacle à franchir est la voie rapide A-92. Nous passons en dessous et effectuons un virage serré vers l'est où nous commençons à monter en laissant derrière nous les derniers champs d’oliviers.

La piste cède définitivement le pas au sentier de randonnée après nous avoir dévoilé à gauche une carrière d'extraction de sable et de pierres calcaires (km 7.1), qui est vraiment le point le plus à l’est de la Sierra de Humilladero. Ensuite la forêt contourne totalement le Sentier, mais la distance par rapport aux clôtures des champs d'oliviers est si petite que l’on peut observer les barrages d’eau en contre-bas. Les pins maritimes provenant des repopulations effectuées dans la deuxième moitié du siècle dernier sont très proches les uns des autres, ce qui fait qu’il n’est pas rare d’observer certains arbres morts tombés par terre. On trouve quelques massifs de romarins dans les clairières puis très vite nous arrivons au point le plus en altitude du parcours (550 m), en suivant les monticules de pierre tallée du Monte Público et nous passons par un maquis de sparte, de cistes et de petits arbustes à feuilles larges.

Il y a quelques pentes douces et certains changements de direction dûment balisés font pénétrer le sentier de randonnée dans la forêt puis nous permettent d’apercevoir les champs d’oliviers près du village de Mollina, en guise de paysage ainsi que la montagne où le parcours a commencé. Dans la clairière en pente, formée par un pare-feu, il y a des ruches suffisamment éloignées du chemin et pour la première fois, un chemin nous fait longer un champ d’oliviers. Il faut atteindre la signalisation, puis de nouveau nous montons à la recherche d’un plateau en entrant dans la pinède, et un nouveau pare-feu nous laisse entrevoir les plus hauts sommets de la Sierra de Humilladero, le pic du Pollo (du poulet). Après être passés par une construction liée à la prise d’eau, le paysage change brutalement afin de nous montrer la vaste plaine de pâturage et de thym qui sépare les principaux sommets d’un long maquis varié, la Sierrecilla, à hauteur du km 9.9.

De Humilladero à Fuente de Piedra (jusqu’à la fin du parcours).

Humilladero bénéficie également de l’aquifère de sa Sierrecilla (petite montagne) avec un forage juste au niveau de l’aire de loisir. Les barrages d’eau sont également très courants, certains assez imposants, destinés à l’irrigation par système de goutte à goutte des nouvelles plantations d’oliviers.

Le Sienter coïncide avec l’un de ceux proposés par la mairie en suivant une rangée de pins qui lui font de l’ombre et nous arrivons ainsi à l’aire de loisir de la Sierrecilla, avec quelques installations qui permettent de passer une journée à la campagne à proximité du village. La réserve d’eau du village ainsi que le camping cèdent le pas aux premières maisons de l’avenue 8 de marzo, qui se dirige vers l’ouest et rejoint la rue Loro de même que son moulin, en direction de l’église du Saint Christ de la Miséricorde. La traversée du village d’Humilladero s’achève dans les rues Pablo Picasso, Capitán Velasco ainsi que l’axe principal du village : la route Ma-5406. Etrangement, en arrivant à la caserne de la Guardia Civil, nous sortons de la commune d’Humilladero et nous entrons sur celle de Fuente de Piedra, qui constitue la limite de la rue que nous traversons.

Le chemin que nous suivons ensuite est celui des Albinas, dont le nom provient de la couleur de l’argile ou de la tendance des chemins à s’embourber. Le GR passe tout près de deux stations d’épuration des eaux usées, qui se trouvent vraiment tout près de la Réserve Naturelle, d’où l’importance de leur bon fonctionnement. D’ailleurs, le cours d’eau de référence du parcours à partir d’Humilladero est la rivière du Charcón, qui se dirige à nouveau vers l’est en quête du complexe endoréique salin, et certains des barrages d’eau se trouve dans son bassin de drainage.

 Ce n’est pas une zone où les champs de culture irriguée sont abondants ; toutefois, nous pouvons voir quelques puits traditionnels dans les environs du chemin, et dans certains d’entre eux, il est possible d’observer d'intéressants amphibiens en train de nager.

Les champs moins arborés ainsi que certaines maisons isolées accompagnent le Sentier jusqu’à ce qu’un tunnel voûté nous permette de passer en dessous de la voie de train à grande vitesse, toujours principalement en direction de l’ouest et laissant tout près de nous les bassins de décantation des eaux. Au moins jusqu’à la seconde infrastructure ferroviaire (km 15.1), qui marque un soudain virage vers le nord. Il existe de nombreux passages d’eau plus bas, qu’il ne faut pas prendre, vu que le chemin de gravier nous conduit finalement à une route goudronnée qui contourne la grande lagune par le sud-est en direction de Campillos. Toutefois, le sentier emprunte la chaussée jusqu’aux premières maisons et au camping de la rue Campillos.

Il ne nous reste plus qu’à rejoindre l’avenue d’Andalucía, que l’on traverse en tournant vers l’ouest, et la suivre jusqu’à son intersection avec les rues Juan Carlos I et Retamar, où s’achève cette étape très intéressante.

Itinéraires
Itinéraires À pied À bicyclette
Accès -

1. Début de l’étape :  Sierra de la Camorra, à l’intersection entre le chemin du Perezón Colorado et celui de Santillán, sur la colline du Pegote. Pour y arriver à pied, la meilleure option est de suivre le GR 249 depuis le parc de Santillán ou de commencer à Alameda.

Point de départ :  Sierra de la Camorra, à l’intersection entre le chemin du Perezón Colorado et celui de Santillán, sur la colline du Pegote. Pour y arriver à pied, la meilleure option est de suivre le GR 249 depuis le parc de Santillán ou de commencer à Alameda.

Fin de l’étape :

Accès au point final :  Depuis la A-92 Séville Grenade, à la sortie de Fuente de Piedra et en suivant les indications vers le Centre d’accueil des Visiteurs. On peut également arriver depuis Sierra de Yeguas par la A-7279.
Point final :  Fuente de Piedra, au croisement entre l’Avenue d’Andalucía et la rue Juan Carlos I, dans le secteur Est de la ville.

3. Alternatives :
Échappatoires possibles : Chacun des villages que nous traversons possèdent tous les services pour faire face à n’importe quelle situation. D’ailleurs, nous pouvons utiliser celui de notre choix comme point de départ pour un éventuel parcours circulaire.

Point de non-retour : La meilleure chose à faire est de se rendre à la signalisation verticale, qui informe de la distance jusqu’à chaque village et de décider ainsi de continuer jusqu’au prochain village ou de faire demi-tour. Dans tous les cas, la proximité d’un centre-ville est la dynamique générale du parcours.
Pour profiter de la randonnée en toute sécurité : Nous dépassons les diverses installations de grande amplitude par des passages élevés ou inférieurs, ce qui minimise le danger. Il faut faire extrêmement attention, non seulement lorsqu’on traverse une ville, mais aussi dans chacun des trois villages. Il y a un tronçon sur la route avant d’entrer à Fuente de Piedra, mais malgré son mauvais état, il y a peu de circulation.

C’est dans la carrière d'extraction de graviers abandonnées que nous devons redoubler de précautions et ne pas nous approcher des falaises instables du précipice. Un peu plus loin, se trouvent des ruches bien signalisées et séparées du chemin.

En règle générale, il ne s’agit pas d’une étape difficile que ce soit par rapport à sa longueur, sa difficulté ou son isolement.

Liens vers d’autres sentiers et chemins agricoles :  Il n’existe pas de Sentiers Homologués dans la zone que l’on visite à l’exception du Grand Sentier de Málaga. Cependant, l’atout même que les petites montagnes calcaires possèdent (de la Camorra, de Mollina et d’Humilladero) dans un environnement aussi plat fait que de nombreux randonneurs s’aventurent à emprunter des dizaines de kilomètres de chemin.  Parfois ils contournent totalement ces endroits tandis que d’autres fois, ils se contentent de monter jusqu’aux points les plus hauts, situés respectivement à 684 m, 798 m et 682 m.

Dans la Sierra de Mollina se trouve le Sentier Rouge, qui commence dans la ferme de la Capuchina en plein GR 249 et se termine au sommet géodésique de la montagne, après 6 km de parcours. Le secteur est connu pour ses nombreuses grottes ; nous pouvons d’ailleurs en observer de très belles au cours de cette randonnée, dont l’Abris des Porqueros.

Le Sentier Bleu est intéressant car il nous conduit au Corralón ; un creux qui permet la croissance d’une végétation spéciale, en particulier de beaux micocouliers. Enfin, le Sentier Vert quitte le chemin de Santillán, près du début de cette variante et monte à la recherche de quelques grottes, comme celle de la Gotera. Les quatre autres sont d’intérêt historique et empruntent des chemins de terre : celui de Berdún, celle de Portichelo, celle du Capiruzón (les ruines romaines) et celle de la Capuchina.

A Humilladero, la mairie propose trois randonnées officielles, l’une conduit à la Lagune de la Ratosa, qui se trouve à l’autre extrémité de sa longue commune, celle de la Lagune de Fuente de Piedra (qui est en fait la troisième partie de la Variante 249.1) et celle de la Sierra de Humilladero. Cette dernière, qui est circulaire et monte aux pics les plus hauts, coïncide en grande partie avec le GR, ce qui permet d’observer les grottes de l’Angel (l’ange) ou du Zapatito (la petite chaussure). En tous cas, les sentiers et chemins agricoles empruntés ou traversés au cours du parcours sont nombreux, tels que ceux de la Camorra, du domaine de la Sierra ou des Albinas.

Dans la Réserve Naturelle de la Lagune de Fuente de Piedra, dont nous laissons la visite pour l’étape suivante, il y a des Sentiers de randonnée d’Utilisation Publique qui permettent de découvrir cet incroyable lieu.

Dangers :
• Coïncidence avec les véhicules agricoles sur les chemins
• Traversée des villages
• Ruches dans la Sierra de Humilladero.

Durée - 4:30 horas
Longueur - 17600 Km