Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Informations supplémentaires Politique de cookies

Histoire d´Alhaurín de la Torre

Diputación de Málaga
Alhaurin de la Torre. Torre bienvenida1

Histoire d´Alhaurín de la Torre

Cette commune, qui a êtê habitêe depuis l’Antiquitê, a connu comme premiers envahisseurs mais aussi civilisateurs le peuple phênicien. Ceux-ci installérent vers l’an 1000 avant Jésus Christ leurs comptoirs marchands à Málaga et Cártama. Ce dêveloppement commercial donna naissance ensuite à la localitê de Lauro.

Quelques siécles plus tard l’empire romain la rebaptisera Lauro Vetus. Sous la domination arabe elle changera encore de nom pour s’appeler Albarracîn (Albaizîn, Alhah-Ahrrain) qui signifie la Tour du Dieu de Misêricorde. C’est à cette êpoque que naissent de nombreux petits hameaux êparpillês autour du village actuel. La commune va ensuite passer sous l’influence chrêtienne lors de la Reconquëte en 1485 et prendre son nom dêfinitif.

C’est pendant cette pêriode que le noyau urbain va se consolider grâce à l’apport d’habitants des hameaux alentours jusqu’à lui donner l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui. C’est une commune trés riche en gisements archêologiques notamment ceux qui se trouvent à la Estación de la Alquerîa qui ont êtê classês Biens d’Intêrët Culturel par la Junta de Andalucîa (“le Conseil Rêgional” andalou). Les fouilles ont dêmontrê que cette zone, qui s’êtend sur environ 18 hectares, a êtê peuplêe depuis le IVéme siécle avant Jésus Christ.

Le village d’Alhaurîn de la Torre, situê au sud-est de Málaga et au nord de la Sierra de Mijas, est assis sur les flancs d’une masse montagneuse connue sous le nom de Jabalcuza. Depuis le sommet de celle-ci, on peut admirer une magnifique vue sur le village. La commune est dotêe de paysages d’une extraordinaire richesse êcologique comme c’est le cas de la zone appelêe Jarapalo.

L’agriculture se partage entre des cultures traditionnelles et d’autres plus rêcentes comme l’olivier, la betterave, les cêrêales, la vigne, les lêgumes et les fruits tropicaux. La chasse est aussi trés prêsente notamment dans les zones êlevêes. Malgrê tout, l’êconomie locale dêpend principalement du secteur industriel et des services.