Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Informations supplémentaires Politique de cookies

Grande Randonnée de Málaga (GR 249). Étape 32. Ojén - Mijas

Diputación de Málaga
GR 249. Étape 32. Ojén - Mijas.

Grande Randonnée de Málaga (GR 249). Étape 32. Ojén - Mijas

Itinéraire À pied
Difficulté - Rouge - Difficile
Accès -

1. Début de l’étape : Ojén.
Point de départ : Ojén.

2. Fin de l’étape: Mijas.
Point final: Mijas.

Liens vers d’autres sentiers et chemins agricoles :

- PR-A 167, Istán Ojén, coincidence jusqu’au km 1.4.
- GR 243, Sierra de las Nieves, correspondance partielle jusqu’au km 10.
- PR-A 275, PR-A 276, PR-A 277, connexion ou coincidence à Monda.
- SL-A 145, La Alfaguara, coincidence partielle à partir du km 17.
- PR-A 338, Albuquería Barranco Blanco, possibilité de raccordement au point 10.
-SL-A 59, SL-A 60, Coincidence et connexion dans la zone de la source de Coín.
PR-A 171, Mijas Benalmádena,connexion à la fin.

Dangers :

• Coincidence avec la circulation routière dans les zones urbaines.
• Traversées de route.
• Circulation de véhicules agricoles et forestiers sur les pistes.

Durée - 14:45 horas
Longueur - 50400 Km
Itinéraires

Vers le Col et les Plaines de Purla ( Jusqu’au km 6.3 )

À Ojén, l’ancienne route est devenue un carrefour lorsque l’actuelle a été construite et elle a été renommée A-7103. Le point de départ se trouve à l’extrémité ouest de la ville oú il y a un parking au-dessus de la voûte du ruisseau Almadán. Une ruelle étroite en pente part du même trottoir vers l’ouest. L’itinéraire entre immédiatement dans la campagne, se transforme en chemin en passant à côté d’une grotte et trace une courbe prononcée vers la droite. Vous avez déjà une belle vue sur la ville blanche d’Ojén et sur la zone du Nacimiento, où se trouve le réservoir de la ville, lorsqu’il devient une piste cimentée. Il faut le suivre entre agaves et grands caroubiers jusqu’à un portail, le Camino del Cerezal.

Ici, un itinéraire a été aménagé en Sentier Botanique avec un accès pour personnes à mobilité réduite et un chemin de l’autre côté du lit du ruisseau, qui est celui qui mène à la Casa del Cerezal (km 1,4), une installation sur cette forêt publique. Il y a un tunnel sous la route par lequel le PR-A 167 et le GR 243 se dévient lorsqu’ils passent par un portail. De là, et en quittant le lit du ruisseau Almadán, le GR 249 avance seul. Le long d’un chemin, d’abord à travers une forêt de chênes-lièges, il passe de l’autre côté de l’A-355 par un nouveau tunnel et une autre porte pour atteindre une belle forêt qui donne son nom au Castañar. Vient ensuite une longue montée prononcée à travers le maquis méditerranéen avec de nombreuses herbes aromatiques et les grands pins qui ont échappé au feu.

Avec d’excellentes vues sur Ojén et la Costa del Sol, l’ascension se termine à Puerto de Purla après 3 kilomètres, atteignant le point culminant de la journée à 890 mètres d’altitude. Ici, vous devez quitter la direction nord-ouest qui suit le chemin de Miguel Márquez pour descendre en tournant vers le nord-est. Un chemin débardage puis un sentier qui zigzague entre les ronces et les broussailles de la forêt publique sont em-pruntés jusqu’à ce que le sentier soit parallèle à la petite route de Juanar, la MA-5300, qui se dirige à cet endroit bien connu sur la gauche. Vous entrez dans la pinède dense que vous pouvez voir depuis le chemin et lorsque vous traversez de l’autre côté, vous partagez à nouveau le chemin avec le GR 243 Sierra de las Nieves. Une belle piste au milieu de la forêt mène à la zone de loisirs des Llanos de Purla et à ses nombreux services annexes, à proximité de la route.

À travers la vallée de la rivière Seco de Monda ( Jusqu’au km 13.4 )

D´Après quelques virages à travers le substrat sablonneux, le sentier se rapproche du ravin d’Arroyo Seco, avec des coupes importantes et quelques grottes bien visitées. Vous continuez le long du bord du ravin jusqu’à ce que le chemin descende vers le lit de la rivière et en le suivant, vous passerez de l’autre côté de la route A-355. La plate-forme qui est utilisée durant les quelques kilomètres suivants est celle de l’ancienne route, avançant vers le nord, ou parfois des routes proches de la bande d’arrêt d’urgence.

Nous traversons plusieurs des ruisseaux qui amènent l’eau des Llanos de Purla et un chemin de voisinage jusqu’à atteindre de nouveau l’asphalte et de l’autre côté nous contactons à nouveau le GR de la Sierra de las Nieves. Il y a un carrefour à proximité qui mènerait à la carrière que l’on voit blanchir à travers la forêt, tandis que la piste qui est suivie se tord et laisse le ruisseau Seco sur la droite, qui coincide dans son drainage vers le nord avec la direction du sentier. Plus loin, nous passons sous un gracieux pont métallique de la route, qui se situe de nouveau à droite et se dirige vers Monda. Il continue jusqu’à une certaine hauteur au-dessus de la rambla et il y a un point important au kilomètre 10, l’endroit où le GR 249 quitte une des branches du GR 243, qui suit la direction par laquelle il est venu pour bifurquer vers le sud-ouest en suivant le pied de la montagne Sierra Canucha jusqu’à Istán. À ce stade également, il y a un détour vers la Cueva Santa, qui se trouve à environ trois kilomètres et demi.

Mais ce qu’il faut faire, c’est tourner à droite, descendre en direction d’Arroyo Seco, le traverser et chercher un chemin en pavé traditionnel qui serpente et prend immédiatement de la hauteur dans un bosquet de thym rocheux. De là, la direction de la marche change complètement, vers l’est. Le terrain se transforme brusquement en une butte avec un caroubier solitaire et atteint un petit col où se trouve une bergerie à côté des premières oliveraies. Maintenant, c’est une voie en béton qui vous mènera entre des maisons de campagne, des parcelles agricoles et une ferme avicole jusqu’à la première rue de Monda. Il faut se promener dans les rues de Ronda, Villeta et Marbella jusqu’à la Plaza de la Constitución, où se trouve l’un des principaux monuments de la ville, l’église de Santiago Apóstol (km 13.4). Désormais,le GR-243 continue d’avancer seul vers le nord, en direction de Guaro, depuis le centre de Monda.

Il nous est proposé de continuer le long de la Calle Enmedio car elle mène à la fontaine de la Jaula et à son lavoir attenant. Une inscription en bas-relief qui date de l’année 1788 et, comme dans tous les autres points d’intérêt historique de Monda, il y a des panneaux explicatifs. Le croisement de la route A-7101 qui traverse la ville (rue Málaga) est la route qui, toujours à l’est, sert à quitter Monda. Mais au premier virage serré à droite, prenez tout droit et en quelques instants vous rencontrerez un autre des points phares du jour; la voie romaine réutilisée au Moyen Âge.

La Colline del Algarrobo et l’Albuquería ( Jusqu’aul km 24.2 )

D´Après quelques marches, une caractéristique déterminante de cette voie, la route ancestrale pour traverser le lit normalement sec du ruisseau Alcazarín, qui vient des hauteurs de la voisine Sierra Alpujata, est interrompue. Faites attention à un virage serré vers le sud qui vous amène à traverser la route A-7101 après avoir marché quelques mètres. À partir de là, le chemin coincide avec le PR-A 275.

La troisième traversée de la route A-355 aujourd’hui se fait en dessous d’un passage souterrain, en utilisant un chemin de terre en montée parfois cimenté. Puisqu’il s’agit d’un chemin traditionnel, très vite, dans les alentours d’une pinède avec des chênes, il se transforme en sentier étroit avec deux murs de contention en pierres sèches. Les oliveraies sont sur la gauche quand quelques entrepôts marquent la zone industrielle et le point dans lequel commence, de nouveau au moyen d’un chemin de gravier, une montée raide vers le sud.

Traversant des vergers, le sentier se dirige franchement vers les denses forêts de pins qui couronnent Cerro Gordo, qui est de fait le nom du PR avec lequel il partage le tracé.

La forêt est traversée par un pare-feu transversal au chemin dont la direction Est est à suivre maintenant. Le PR-A 275 continue en solitaire vers l’ouest. La piste fait une courbe prononcée dans un cours d’eau au curieux nom de Salsipuedes et culmine à 435 mètres au kilomètre 16.9 du parcours. C’est ici où se situe la base des Hélicoptères Infoca. Et c’est aussi le point de départ du SL-A 145, qui coincide désormais avec son frère aîné.

Ce qui est surprenant, c’est qu’il y ait une si vaste plantation d’avocats à côté de la pinède, marquant deux usages du terrain si différents. La voie commence la descente douce à l’orée de la forêt et le laisse plus tard dans de nouvelles plantations majoritaires d’arbres subtropicaux. Quand le sol est couvert d’un bosquet de thym sur le sable blanc, la voie se transforme en sentier extrêmement rocailleux qui effectue plusieurs “S” jusqu’à finir par traverser, au kilomètre 19.2, Le ruisseau Pereilas, qui descend du pic Castillejos, entre la Sierra Alpujata et la Sierra Negra.

Cette vallée est la zone connue sous le nom de La Albuquería, celle-ci offre un bon nombre de propositions de randonnées et c’est le lieu où se trouve l’accès aux établissements éducatifs et environnementaux. Maintenant, le chemin se tourne vers le nord et il faut passer plusieurs grands sites miniers d’ extraction de gravier et de sable. Certains ne sont pas en fonctionnement et il n’est pas difficile de voir des chèvres de montagne sur les parois.

La route A-355 réapparaît bientôt, et durant une section vers l’est elle l’accompagne pour récupérer la direction du nord, en la traversant pour la quatrième fois, par un passage souterrain au km 22. Le paysage change considérablement petit à petit quand entrent en scène des maisons de labeurs dans une multitude de petites parcelles, normalement irriguées par l’eau qui vient de la rivière Nacimiento, qui est croisée au kilomètre 22.4. Toujours en descente, vous rejoignez l’accès sud-ouest de la A-355 à Coín. Il faut passer de l’autre côté, utiliser un trottoir qui en quelques centaines de mètres mène à la forme triangulaire inattendue de la Tour de Los Trinitarios et au centre de la ville de Coín.

Les vergers de la rivière del Nacimiento ( Jusqu’au km 27.9 )

Depuis le centre de Coín, en tournant à la hauteur de l’église de San Juan, prenez la rue Albaicín en montée, qui mène au talus de tuf où se trouvent les vergers du sud de la commune. Cette zone de la rive droite du fleuve est fortement urbanisée et est le théâtre de longues promenades des habitants de Coín. Néanmoins le Sentier sélectionne les routes les plus rurales et partage l’espace avec les fossés d’irrigation. En laissant à gauche le couvent de Santa María de la Encarnación, les vergers se succèdent des deux côtés. La direction prédominante est le sud le long d’une voie pavée qui devient la rue Hernán Cortés en passant par certains lotissements. Après avoir contourné certaines installations liées à la production de plantes agricoles, continuez parallèlement à la route MA-3303 jusqu’à l’intersection avec la célèbre A-355. Cette partie est un endroit avec des allées de peupliers connu sous le nom de Paseo Madre Teresa de Calcutta.

Juste à cet endroit, il faut passer sous la route régionale, laisser de côté une oliveraie abandonnée et emprunter une route étroite qui mène d’abord à un grand étang puis au petit parc devenu le Nacimiento de Coín (km 27.9), avec son jardin botanique , le point d’eau et un lien direct avec la route de Mijas. Les sources d’eau comprennent une zone un peu plus grande qui inclut les alentours de la ferme Calerita, qui est très proche. Plusieurs des sentiers de Coín sont proposés ici comme un excellent point de départ, tous en direction sud-ouest, comme le GR lui-même.

Les Plaines du Nacimiento et la Colline Alaminos ( Jusqu’au km 33 )

Il y a maintenant une légère montée entre les forêts de pins d’Alep et quelques broussailles, en passant près du ruisseau et à côté d’un grand réservoir d’eau et d’une ferme apicole. Pour l’instant, l’itinéraire coincide avec celui de la SL-A 60 jusqu’à ce qu’il atteigne la grande esplanade connue sous le nom de Llanos del Nacimiento en moins d’un kilomètre. À partir de ce point, ce Sentier Local se dévie vers la gauche le long de la frontière entre la forêt et une prairie d’herbes aromatiques et l’étape fusionne avec la SL-A 59, qui se connecte par la droite. Dans cette esplanade vous trouverez une zone de loisirs habilitée et les installations sportives de la ville.

Une longue piste de gravier se fraie un chemin à travers les arbres et atteint les abords de la Ciudad del Cine (km 29.6) et sa voie goudronnée. Dès lors, le parcours est complètement sud et rectiligne, laissant successivement la fin et le début de la Ruta de Las Canteras Azules, qui n’apparaît pas dans les publications officielles. Ces pistes sont fermées à la circulation automobile pendant la saison à risque d’incendie et passent par un pare-feu et un terrain d’alfa jusqu’à ce que, là où se trouve un panneau intéressant sur les oiseaux, elle reprenne brusquement sa direction vers l’est. En parcourant le pied de la Sierra Blanca de Coín, en traçant de légères courbes, quelques pins résineux apparaissent et nous atteignons une piste goudronnée qui mène à un col sur la droite et au Camino de la Fuente. Ici, le chemin entre en contact avec le SL-A 60, qui vient par un sentier du nord et se termine pratiquement à cet endroit. La piste sélectionnée est fermée à la circulation routière et suit les courbes de niveau passant par le troisième grand pare-feu, avec des vues sur les montagnes du nord de Málaga, optant immédiatement pour la branche qui descend à la prochaine intersection.

À la recherche du Col des pêcheurs ( Jusqu’au km 37.4 )

Alors que la voie marque la fin de la SL-A 59 dans son ascension à la recherche du point de vue du Cerro Alaminos, à près de 500 mètres de haut, la route tourne brusquement vers le nord à proximité d’une mine peu profonde (km 33.4) utilisée à l’époque pour l’extraction de minerais métalliques.

Maintenant, nous descendons un peu et le long d’un chemin, d’abord à l’intérieur d’une forêt de pins très dense, puis, lorsque nous atteignons une clôture périphérique pour la régénération des plantes dans une zone plus dégagée, nous tournons à droite puis à gauche à côté de la clôture. Dans cette zone connue sous le nom d’El Matagallar, il y a un grand fourré d’alfa et de plantes aromatiques, en particulier le romarin. Et ce ne sera pas la première fois que la végétation donnera son nom au lieu, car dès qu’il atteint les environs de l’autoroute Mijas-Coín, le lieu s’appelle Los Nebrales. Ce toponyme fait référence aux genévriers de la miera qui dominent désormais le paysage, et leur apparition est due à une intrusion de roches magmatiques, la fameuse péridotite de Málaga. Lors de la progression initiale dans cette zone, différents types de voies seront utilisées.

Depuis le promontoire de ces rochers, marqué d’un sommet géodésique, les vues sont panoramiques, y compris le profil pointu du Cerro Alaminos à l’ouest avec la Sierra Alpujata derrière. Dans le sens de la marche, l’imposante chaîne de montagnes calcaires d’Alhaurín el Grande se détache de l’environnement anthropisé. Coïncidant d’abord avec une conduite de gaz, il faut passer sous la MA- 3303 à l’aide d’une canalisation en béton.

De l’autre côté, il y a un chemin parallèle à l’asphalte qui coincide avec un réseau de télécommunications inutilisé et il est impossible d’éviter la présence imposante d’une structure en forme de château qui couronne un petit mont, celui de La Mota. Ce bâtiment singulier marque la direction à prendre, jusqu’à ce que l’option la plus sûre pour traverser ait été sélectionnée au carrefour routier de Puerto de los Pescadores, en l’occurrence la route A-387. À gauche se trouve Alhaurín et à droite vous allez à Mijas ou Fuengirola. De toute évidence, à partir de ce point kilométrique, la Grande Randonnée de Málaga se prépare à entrer dans les montagnes, changeant à nouveau de direction, cette fois vers le sud-est.

La Sierra de Alhaurín el Grande et Mijas ( Jusqu’au km 40 )

Il est temps de monter. Dès que vous commencez, vous entrez en contact sur quelques mètres avec un chemin forestier fermé à la circulation, où se dévient la variante 249.2 et également un accès direct par le versant nord-ouest de la montagne au point culminant de toute la chaîne de montagnes, Pico Mijas et son impressionnante station météo. Au début, juste après le passage de quelques ruches, le parcours coincide avec un ravin creusé dans le calcaire, mais dans un virage à droite, on l’abandonne pour continuer à monter en faisant des “S”. Dans les endroits les plus clairs, la forêt de pins permet de voir la zone parcourue jusqu’à présent, avec en toile de fond les Sierras Alpujata et Sierras de las Nieves. Il y a un chemin à gauche que vous ne prenez pas et lorsque vous atteignez un vaste pare-feu (km 39.4) après une brève zone plate, vous êtes à une altitude de 590 mètres et avez déjà parcouru 200 mètres de dénivelé depuis le Puerto de los Pescadores. La vue de ce point englobe les Sierras Prieta, Cabrilla et Alcaparaín et leurs villages blancs. Dans le nouveau pare-feu sans pins parasols ni pins d’Alep, s’est développée une prospère zone d’ alfas où se trouvent quelques plantes intéressantes.

Il y a maintenant une zone avec de petites pentes raides et de jolis virages dans le chemin avec des murs à Pecho de los Lobos, avant de commencer une descente raide qui se termine par une piste forestière qui monte depuis la route de Mijas, qui est vraiment très proche.

Il faut prendre la piste sur la gauche, la suivre dans sa légère montée dans laquelle elle entre bientôt dans la commune de Mijas après le premier grand virage. La voie marque le début de la zone de réserve de chasse, principalement de bouquetins.

Il y a quelques grottes sédimentaires dans le talu de la voie dans ce qu’on appelle le Pecho de los Carboneros, puis vous atteignez une zone dévastée par les incendies mais avec de magnifiques vues vers la côte. Le passage à travers la Cañada del Romeral se fait sans dénivelé, mais à la fin il faut continuer à monter, laissant la bifurcation à droite qui va vers l’urbanisation Alta Verde. Maintenant, il y a deux énormes ravins, celui de la Cueva de tres Puertas et celui du Pedregal. Ce dernier est facile à reconnaître car au-dessus on aperçoit la fameuse boule de la station météo Pico Mijas.

Le réseau de sentiers municipaux de Mijas ( Jusqu’à la fin de l’Étape )

Vous traversez le premier de ces chemins qui va au sommet géodésique de la chaîne de montagnes, mais vous choisissez de continuer le long de la piste jusqu’à ce que vous atteigniez le point culminant de cette partie à 695 mètres d’altitude, dans la Cañada de la Fuente de la Adelfa. Vous devez descendre le chemin qu’il y a après avoir parcouru 4 kilomètres et demi en utilisant cette voie, qui mène également à Pico Mijas. Le chemin est très bien conservé, trace de nombreuses courbes pour atténuer la perte de hauteur et part à la recherche du fond du ravin jusqu’à ce qu’il converge avec plusieurs itinéraires municipaux dans une intersection multiple très proche de la route et de l’urbanisation Valtocado avec son arrêt de bus.

L’étape 32 touche à sa fin et vous com¬mencez par monter un chemin soutenu par des rondins jusqu’à Puerto Ronco, avec ses eucalyptus et son belvédère naturel à côté d’un four à chaux avec un panneau d’interprétation (km 47.2). La montée suivante mène à la Cañada Morena, avec un long éboulis de cailloux et un virage spectaculaire. L’ascension se termine pour l’instant au Puerto de las Perdices, où un panneau a été placé faisant allusion aux chèvres de montagne, des animaux qu’il est très possible de voir dans ces affleurements rocheux ou dans la carrière voisine du Barrio, une exploitation de marbre millénaire abandonnée. De nouveau parmi les forêts de pins, une nouvelle mais courte montée vous conduit sous la Cruz de la Misión et une antenne radio. La dernière descente, un peu raide, laisse de côté la route vers le col de Málaga et atteint l’Ermitage del Calvario. Ce temple petit mais attrayant est la fin d’une Via Crucis parsemée de bancs dans lesquels l’étape 32 de la Grande Randonnée de Málaga coincident en descente et l’étape 33 en montée, qui est associée au PR-A 171. De plus, la proposition municipale jaune prend fin, vers la Cañada de Gertrudis, avant de terminer le parcours dans la partie haute de Mijas, aux belvédères.

Comment arriver

En savoir plus sur la province de Malaga

En savoir plus sur la province de Malaga