Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Informations supplémentaires Politique de cookies

Grande Randonnée de Málaga (GR 249). Étape 06. Frigiliana - Cómpeta

Diputación de Málaga
GR 249. Étape 06. Frigiliana - Cómpeta. Vue panoramique de la étape

Grande Randonnée de Málaga (GR 249). Étape 06. Frigiliana - Cómpeta

Itinéraire À pied
Difficulté - Rouge - Difficile
Accès -

1. Début de l’étape :  Frigiliana.
Point de départ :  Place del Ingenio de Frigiliana.

2. Fin de l’étape: Cómpéta
Point final:  Place del Carmen de Cómpéta.

Dangers :
• Profil de l’étape très montagneux et à une altitude considérable
• Présence de trafic routier jusqu’au Km 6
• Deux courts passages routiers sur la MA-5105.

Durée - 8:15 horas
Longueur - 24700 Km
Itinéraires

Vers le hameau de El Acebuchal et l’auberge Venta del Cebollero (jusqu’au kilomètre 7.7 )

Vous pouvez traverser la ville blanche de Frigiliana par la Calle (rue) Real, mais la sortie est plus directe en traversant la route MA- 5105. Elle trace quelques courbes sinueuses dans la meme direction, bien que le chemin recupere bientot une section de l’ancien Camino de Cómpeta (chemin à Cómpeta) en passant par les plaines fertiles du ruisseau Los Bancales.Il y a des sections betonnees, en raison de la proximite de la ville et de l’intense activite fruitiere et maraichere. Il est facile de voir des avocats, des grenades et des pommes cannelles peupler les anciens vergers sur travertin avec de spectaculaires murs en pierres seches. De la, les vues vers Frigiliana sont excellentes.

Apres avoir traverse le ravin, la premiere ascension commence, entre de nombreuses maisons de campagne, jusqu’a ce que tout a coup le beton disparaisse. Il faut terminer l’ascension jusqu’au chemin de la Loma de la Cruz par un petit sentier. La route est proche quand vous avez parcouru 2.3 km de sentier. Il faut suivre la MA-5115 sur environ 700 metres jusqu’a ce que vous arriviez a droite au chemin ascendant qui va a la zone de Cuatro Caminos. Ce dernier tourne vers le nord-est dans les pinedes du Parc Naturel et commence la descente vers El Acebuchal. Vous passez devant une maison ou se trouve un mur de carreaux de ceramique racontant l’histoire d’une orpheline qui a ete enterree et ressuscitee, avec le recit macabre du transfert de sa depouille a Velez-Malaga.

L’histoire des fermes de l’ Acebuchal Alto et Acebuchal Bajo est etroitement liee au Camino de Granada, a l’eau et aux vergers, qui totalisent 3 hectares de culture a la fois sur les versants de Competa, auxquelles appartiennent les maisons, et sur ceux de Frigiliana. L’histoire de la recuperation de la ferme apres son abandon au siecle dernier est juteuse et explique l’interet des habitants legitimes. Actuellement, l’endroit est une reference pour le tourisme rural et la gastronomie.

Apres avoir parcouru 6.2 kilometres, depuis El Acebuchal, un petit chemin monte le long d’une rambla etroite, parfois le long du lit de la riviere et parfois en le traversant. Comme la zone est ombragee, sous les pins d’Alep et les pins maritimes, il y a un maquis dense de genets epineux, de romarin et d’autres plantes avec des besoins en eau plus eleves.

Le plus interessant maintenant est qu’a un kilometre de l’Acebuchal, vous passez par la Venta del Cebollero ou Jaro, tres proche de quelques ruches qui profitent des champs de romarin de ces endroits plus ouverts. L’auberge est situee avant les pentes du Camino de Granada, qui vous ne permettent pas une treve jusqu’a ce qu’ils atteignent la Venta Panaderos, deja de l’autre cote des montagnes dans l’autre province. Les residents completaient leur activite hoteliere avec les 80 “obradas” (unité de mesure traditionnelle qui équivaut à 1 obrada= 6440m2) de vignobles qui entouraient autrefois la maison.

Hormis la source toute proche, les éléments constructifs de cet edifice et d’autres aux alentours sont vraiment uniques et semblent remonter bien avant le XVIIIe siecle dont ils sont dates. Il y a de bons exemples de murs de pise, de terre compactee en terrasse dans lesquels on apercoit parfaitement les trous de boulins qui maintenaient les echafaudages, c’etait une technique tout a fait appropriee pour ces terres seches.

Le réseau de sentiers de terre ( jusqu’au km 14 )

A partir de l’auberge, le reseau de chemins forestiers commence, largement emprunte par les cyclistes. Celui de la Grande Randonnee de Malaga monte au kilometre 9,5 jusqu’a Puerto de la Paez Blanca a une altitude de 750 metres, laissant Cerro Verde sur la gauche, un lieu ou des batailles sanglantes ont eu lieu entre les deux clans de la guerre civile, l’ origine du depeuplement force de l’Acebuchal. Ici, notre oeil est attire par les enormes pins maritimes qui ont survecu au passage d’un incendie et par les murs ancestraux des vignes abandonnees.

En general, les pistes de cette zone partent d’El Acebuchal, contournent le versant ouest escarpe du Cerro de las Tres Cruces, prennent la moitie de la pente a travers la ferme Daire et la face sud de la Loma del Daire. Elles passent devant les deux cotes du Cerro Gavilan a la recherche de Competa sur ses versants est et ouest, deja en descente. Le GR-249 ne les utilise que jusqu’a la ferme susmentionnee et depuis Cruz de Canillas. Dans cette section de pistes, il convient de souligner le denivele du Cerro de las Tres Cruces au ravin de Moreno et les vues spectaculaires vers le cirque de montagnes d’ou s’eleve la vallee. A un point intermediaire entre le col et la ferme, il faut s’arreter pour admirer les imposants murs de pierres seches qui soutiennent les sables dolomitiques, veritables oeuvres d’ingenierie. Sur ces murs, vous pouvez voir des violettes ligneuses entre le romarin clairseme. Les deux ruisseaux qui se croisent au fond de la vallee generalement avec de l’eau, sont une oasis inattendue.

La ferme Daire (km 14,1), rappelant l’architecture Andalusi, domine la large vallee depuis son point de vue privilegie. Il y a quelques caves de bonnes dimensions de part et d’autre de la maison, elles sont difficiles a localiser, une etant sous le travertin. Des noyers, des grenadiers, des figuiers et des oliviers sauvages poussent encore dans les terrains horticoles en contrebas de la demeure principale a cote des ruches.

Vers le Collado de los Hornillos et la Cruz de Canillas ( jusqu’au km 20.5 )

C’est la partie la plus sauvage de l’Etape. A partir du point kilometrique 14.4, la piste forestiere est abandonnee et commence un sentier qui grimpe par des pentes de sable blanc et des cretes de dolomie recouvertes d’un epais manteau de romarin et d’ajoncs. L’incendie qui a devaste ces pentes il n’y a pas si longtemps a aide a son developpement. Sur la dure montee, il reste des sentiers qui descendent a gauche vers Loma del Daire et a droite montent jusqu’a un captage d’eau et au pic Lucero. A la fin de la pente, vous atteignez Puerto de los Hornillos, où les pineraies maritimes survivantes, avec des specimens dans toute leur splendeur, permettent de se faire une idee de l’aspect original des collines que vous avez deja laissees de l’autre cote. Puerto Blanquillo est tres proche au nord, un point bien connu qui peut etre atteint avec autorisation par des vehicules 4X4.

Le col (km 16) se trouve au point le plus eleve de l’itineraire, et c’est la que la direction nord-ouest est brusquement abandonnee pour commencer a descendre l’autre chemin Camino de Granada vers le sud-ouest, a travers un ravin qui laisse sur la droite les chemins qui vont a Puerto Blanquillo. Un peu plus loin, il y a un carrefour a gauche qui va vers le chemin del Daire qui a ete recemment abandonne et qui va a la Casa de la Mina. Mais le chemin traditionnel continue et la preuve de son anciennete est qu’un peu plus bas, au carrefour des sentiers, se trouve le Ventorro de Candido ( l’auberge de Candido).

Le sentier, assez net, perd a peine de la hauteur jusqu’a la Venta de los Pradillos. L’activite humaine et animal semble tres proche dans le temps lorsqu’on passe a cote des fours a chaux et de ces maisons. Un immense et majestueux pin maritime s’impose parmi les bosquets naissants de jeunes specimens, tout en laissant a l’est le ruisseau Pradillos, autre cours d’eau important dont la source est celle-ci. C’est alors que vous arrivez à l’auberge Venta Maria Guerrero (km 20.5), à quelques mètres d’un nouveau chemin.

La vue a l’est depuis les ruines de La Venta merite une mention speciale, elle vous permet de voir pratiquement tout l’itineraire depuis le Puerto de la Paez Blanca , avec le spectaculaire Barranco Moreno au milieu et en toile de fond les sommets de Almijara. A partir de La Cruz de Canillas, qui est le col naturel, on vire de l’autre cote de la crete dans le chemin principal et la Sierra Tejeda apparait alors dans toute sa splendeur.

De la Cruz de Canillas jusqu’à Cómpeta ( jusqu’à la fin de l’étape )

Dans ce nouveau paysage, avec une structure moins complexe que le precedent mais avec des altitudes plus elevees, la Sierra Tejeda au nord-ouest et la Sierra de Jatar au nord sont nos referents. En atteignant le chemin blanc, choisissez l’alternative a gauche, qui suit le flanc ouest de la ligne qui divise les eaux jusqu’a Collado Moyano en direction du sud puis du sud-ouest jusqu’au bout. Celui qui va a l’ouest descend vertigineusement jusqu’a Canillas de Albaida par la Fábrica de la luz ( petite centrale hydroélectrique). Quelques mètres plus loin, laisser a gauche la route d’acces au poste de vigilance contre les incendies du Cerro del Gavilan.

La foret de pins maritimes que vous traversez maintenant est d’une beaute emouvante, car son apparence est le resultat de la resistance a la pauvrete des sols, aux intemperies de cette region combattues par vents et tempetes, au paturage et incendies de foret. Contrairement aux zones reboisees, ici chaque specimen est unique dans sa forme, avec des troncs tordus et une ecorce epaisse, des branches tortueuses et de faible hauteur, comme des bonsais a grande echelle. Au kilometre 21.9, vous laissez sur la gauche une petite bifurcation qui descend egalement vers Competa par le carrefour du col du Collado.

La desolation causee par les incendies dans ces collines s’etait attenuee par le repeuplement de pins de toutes sortes, comme on peut le voir depuis la piste forestiere avec les anciens corsets de protection, mais le recent grand incendie a de nouveau marque ces lieux et malheureusement pour de nombreuses annees. A l’exception d’un court raccourci qui evite un enorme virage, la descente vers le reservoir d’eau potable de Competa et le terrain de football se fait le long de la piste de gravier entre spartes, coeurs de palmier et lavandes. Les premieres maisons de Competa apparaissent sur la Plaza del Carmen, ou se conclut l’etape.

Comment arriver

En savoir plus sur la province de Malaga

En savoir plus sur la province de Malaga