Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Politique de cookies

Rorqual commun (Balaenoptera physalus)

Diputación de Málaga
Rorcual común (Balaenoptera physalus)

Rorqual commun (Balaenoptera physalus)

MediosMer
Phénologie
janfévmaravrmaijuijuiaoûsepoctnovdéc
La reproduction Zèle Garniture Hibernation
Faune > Mammifères

Identification

Le dos est gris foncé et le ventre est blanc. La mâchoire inférieure est blanche sur sa partie droite et grise sur la partie gauche. Il possède une petite nageoire dorsale. Sur la face ventrale, on distingue deux sillons allant de la gorge, de la pointe de la mâchoire, au nombril. Les fanons, de 80 cm de longs, sont gris bleuâtres, avec des franges jaunes, bien que sur le tiers antérieur du côté droit, elles soient blanches.
Ils possèdent entre 260 et 480 lamelles de chaque côté de la bouche. Il peut atteindre 22 m de longueur totale et 75 000 kg. Les femelles sont de plus grande taille que les mâles.

Où vit-il ?

Il est présent dans toutes les eaux tropicales, tempérées, froides et même polaires. C’est une des baleines les plus courantes dans la mer Méditerranée, bien qu’il n’existe pas un habitat ni une zone concrète de localisation.

Ils se déplacent également dans la colonne d’eau, apparaissant ainsi à plusieurs profondeurs. Il semblerait que la principale condition de sa répartition soit la disponibilité des aliments.

Comment vit-il ?

C’est un animal pélagique qui préfère vivre dans des eaux océaniques, bien que, si cela est nécessaire, il se rapproche de la plateforme continentale. On peut trouver des individus solitaires, par groupes de 2 ou 3 ou par groupes de 6 à 30 individus. La durée de ses plongées varie entre 3 et 10 minutes. Il se nourrit de petits poissons comme le hareng et les anchois, les crustacés (krill) et les céphalopodes qu’il peut aller chercher en plongeant à plus de 200 m de profondeur. Sa stratégie d’alimentation consiste à ouvrir la bouche au maximum afin de la remplir d’eau.

À posteriori, il expulse l’eau de sorte que les aliments restent coincés entre ses fanons afin de pouvoir les avaler plus tard.

Comment se reproduit-il ?

La gestation dure environ 11 à 12 mois. Les naissances ont généralement lieu dans des eaux chaudes. Ils n’ont qu’un seul petit qui mesure environ 6 mètres et qui atteint 12 m au moment du sevrage, qui a lieu environ 6 mois après sa naissance. Nous ne disposons pas d’information concernant ses habitudes d’accouplement.

Menaces et mesures conservatoires en Andalousie

Historiquement, la principale menace pour cette espèce a toujours été la chasse à des fins commerciales. Cependant, tant que sa capture sera interdite, on peut oser espérer que les populations se reconstitueront petit à petit. Toutefois, les changements concernant les conditions océanographiques, qui se reflètent parfois dans la disponibilité du plancton, pourraient constituer une menace dans un proche avenir.

Où peut-il être vu ?

On a pu constater des spécimens échoués dans toutes les provinces du littoral andalou. Le Détroit de Gibraltar est une de ses zones de passage lors de ses déplacements migratoires entre la Mer Méditerranée et l’Océan Atlantique, ce qui fait de toute la côte une zone d’observation potentielle bien que cela devienne plus facile à mesure que l’on s’éloigne du rivage. En avril 1999, on a pu observer pendant plusieurs jours l’apparition d’un spécimen de grande taille près de la côte, longeant Grenade, Málaga et Cadix, en direction de l’Atlantique.

Faits curieux

Jusqu’en 1986, la capture d’exemplaires pour sa revente dans les marchés locaux était autorisée. En Andalousie, il a été chassé des années 20 aux années 60 environ, dans les eaux du Détroit, par des bateaux qui travaillaient pour l’usine baleinière de Getares (Algeciras, Cádiz). C’est l’une des baleines les plus rapides, pouvant atteindre les 35 km/h. Contrairement aux autres espèces, il ne réalise pas de sauts en dehors de l’eau. Malgré sa grande taille, il est la proie de l’un des prédateurs les plus redoutés de tous les océans, l’orque. D’ailleurs, la traduction correcte de son nom en anglais « killer whale » n'est pas baleine tueuse, puisque l’orque n'est pas une baleine mais un chasseur de baleines. D’autre part, pour le moment l’orque n’a pas atteint la baie de Málaga, mais il existe des populations stables du côté Atlantique du Détroit de Gibraltar.

Espèces similaires

L’espèce la plus proche et la plus semblable dans les environs est la baleine de Minke. C’est une espèce de plus petite taille qui ne dépasse généralement pas les 11 mètres, ce qui fait qu’on ne peut confondre un jeune spécimen de rorqual commun qu’avec une baleine de Minke adulte. L’observation attentive de la nageoire pectorale évincera nos doutes, puisque la baleine de Minke doit son nom à la typique bande blanche qui parcourt son corps.

Informations supplémentaires