Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Politique de cookies

Reptiles

Diputación de Málaga
Tortuga boba (Caretta caretta)

Reptiles

MediosMer
Phénologie
janfévmaravrmaijuijuiaoûsepoctnovdéc
Faune > Reptiles

QU'EST-CE QU’UN REPTILE ?

Les reptiles se caractérisent par leur peau écaillée et lisse. L’insertion des pattes au niveau de la taille, chez de nombreuses espèces de reptiles, est projetée de chaque côté du corps. C’est pour cette raison qu’ils sont obligés de ramper, c’est à dire de se traîner sur le ventre en touchant le sol. Cependant, certains lézards courent activement sur leurs pattes arrière. Les serpents n’ont pas d'extrémités.

Les espèces de tortues les plus représentatives de la province de Málaga sont la caouanne (Caretta caretta) et la tortue luth (dermochelys coriacea), pour les espèces marines, et l’émyde lépreuse (Mauremys leprosa) et la cistude (Emys orbicularis) pour les espèces épicontinentales. Parmi les lézards, le lézard andalou (Podarcis vaucheri) et le lézard à queue rouge (Acanthodactylus erythurus). Pour les sauriens : le caméléon (Chamaeleo chamaeleon) et le lézard ocellé (Timon lepidus). Et pour les serpents, la couleuvre de Montpellier (Malpolon monspessulanus).

OÙ VIVENT-ILS ?

Les reptiles se trouvent dans divers écosystèmes. Dans la province de Málaga, on peut en trouver du niveau de la mer, c’est le cas des tortues marines par exemple, jusqu’à 1500 mètres d’altitude comme pour lézard andalou.

COMMENT VIVENT-ILS ?

Les reptiles sont des animaux ectothermes, ce qui signifie qu’ils régulent leur température en s’aidant des conditions environnementales, principalement grâce au soleil, en s’exposant, ou tout simplement en se reposant sur une surface chaude. Lorsque la saison froide arrive, beaucoup d’espèces hibernent. Cette capacité de thermorégulation à partir de l’environnement, au lieu de la consommation énergétique à travers le métabolisme interne, comme dans le cas des mammifères, leur permet de moins dépendre des sources d’aliments, et pour autant de mieux résister aux périodes de carences. De plus, ils supportent mieux les climats chauds et secs que les mammifères. Le cas des tortues marines est particulier, il existe en effet des espèces comme la tortue Luth (Dermochelys coriacea) qui possède une sorte de production énergétique au niveau musculaire, ce qui pourrait expliquer qu’elle atteigne de hautes latitudes lors de ses migrations.

La fertilisation chez les reptiles est interne, tandis que les tortues ont un pénis, les lézards, les sauriens et les serpents possèdent deux hémipénis fonctionnels. Chez les espèces de la province de Málaga, les parents ne s’occupent généralement pas de la ponte.

IMPORTANCE ECOLOGIQUE

Du fait de leur caractéristiques physiologiques, les reptiles sont très répandus et bien représentés dans les écosystèmes terrestres et marins. En ce moment, avec tous les changements climatiques, dont le réchauffement de la terre, de nouvelles possibilités se présentent à ce groupe, ce qui fait que l’on pourra en trouver à de plus hautes altitudes dans les montagnes ou qu’il migrera dans des zones de latitudes plus hautes où il lui était jusqu’alors impossible de vivre du fait des basses températures.

Informations supplémentaires