Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Politique de cookies

Romarin blanc (Rosmarinus tomentosus). Sentier littoral

Diputación de Málaga
010 Rosmarinus tomentosus1 JaimePereña

Romarin blanc (Rosmarinus tomentosus). Sentier littoral

MediosTerrestre
Floraison
janfévmaravrmaijuijuiaoûsepoctnovdéc
Fleurs Des fruits
Flore > Arbres, arbustes et herbacées

IDENTIFICATION

Le romarin blanc a un aspect laineux et blanchâtre, c’est une plante qui peut atteindre 0,5 m de hauteur. Cet arbuste se caractérise par le fait d’avoir une grande quantité de feuilles et d’être densément recouvert d’un épais tomentum blanc (poils fins), de plus, les fleurs ressortent, avec leur lèvre supérieure marron pâle et leur lèvre inférieure de couleur violet-bleu. Les étamines ressortent bien de la fleur et sont très arqués.

OÙ VIT-IL ?

C’est une espèce endémique de la bande côtière des provinces de Grenade et de Málaga. On peut distinguer deux populations présentées parfois de façon discontinue tandis que dans les terres, on n’en trouve que dans deux communes. On en trouve dans des conditions très particulières, principalement sur les falaises côtières, marquées par le caractère rupicole, l’effet du vent et la salinité ambiante, sur des pierres calcaires dolomitiques. On a pu observer une faible régénération naturelle en plus d’un isolement génétique entre les populations.

COMMENT VIT-IL ?

C'est une plante presque arbustive, avec une durée de vie moyenne de 50 ans maximum. Ses feuilles tiennent sur la plante pendant 6 à 14 mois en moyenne. La préfloraison a lieu d’octobre à mars. Il possède une floraison, une fructification et une dispersion toute a long de l’année, bien que de façon plus abondante à l’automne et en hiver. Le renouvellement de ses feuilles et de ses tiges a lieu au printemps. De temps en temps, on observe une multiplication végétative par marcottes. On n’a pas détecté de régénération post-feu, un fait qui résulte intéressant vu que sa zone de distribution est de type méditerranéen et de ce fait, les incendies récurrents peuvent supposer un risque pour la survie de ses populations.

OÙ PEUT-ON EN VOIR À MÁLAGA ?

Sur le littoral de la province de Málaga, il n’existe qu’une seule population, présente sur les falaises de Maro-Cerro Gordo, vu qu’il s’agit d’une espèce endémique de ce secteur.

CURIOSITÉS :

Sa valeur environnementale maximum réside dans le caractère endémique du littoral de la Sierra Almijara, n’étant pas localisé à d’autres endroits de la province. Il existe des études qui démontrent comment cette espèce de romarins ainsi qu’une autre plus typique de la province d’Almería, doivent leurs origines au romarin commun et dont la séparation en trois espèces bien distinctes a eu lieu sur des territoires aux environs du littoral oriental de la province de Málaga.

ESPÈCES SIMILAIRES :

On pourrait le confondre avec le romarin commun, mais il est facile à distinguer du fait de son port rampant et de sa situation sur des zones de falaises et dans des milieux marins. Il existe une autre espèce de romarin (Rosmarinus eriocalyx), à qui il ressemble beaucoup, mais qui ne pousse que sous le vent levant d’Almería (à Cabo de Gata).

Informations supplémentaires