Ce site web utilise ses propres cookies ainsi que ceux d'organismes tiers afin de regrouper l'information permettant d'optimiser la visite, bien qu'ils ne puissent en aucun cas servir à des fins personnelles.

Informations supplémentaires Politique de cookies

Grande Randonnée de Málaga (GR 249). Étape 33. Mijas - Benalmádena

Diputación de Málaga
GR 249. Étape 33. Mijas - Benalmádena

Grande Randonnée de Málaga (GR 249). Étape 33. Mijas - Benalmádena

Itinéraire À pied
Difficulté - Bleu - Facile
Accès -

1. Début de l’étape : Mijas.
Point de départ : Mijas.

2. Fin de l’étape: Benalmádena.
Point final: Benalmádena.

Liens vers d’autres sentiers et chemins agricoles :

- PR-A 170, Ojén Mijas, connexion à Mijas.
- PR-A 171, Mijas Benalmádena, coincidence jusqu’au km 13.5.
- GR 249.2, Variante à travers la zone nord des montagnes.

Dangers :

• Coincidence avec le trafic routier au début et à la fin
• Cyclistes partageant le même itinéraire

Durée - 6:15 horas
Longueur - 18000 Km
Itinéraires

Jusqu’au Col de la Cantera ( Jusqu’au km 4.8 )

En prenant les précautions nécessaires au début sur l’A-387, depuis la Calle Calvario en face apparaît le premier panneau indiquant les sentiers de Mijas et une plaque à la mémoire du défunt auteur d’un guide sur la Sierra de Mijas. De là, l’ascension commence, c’est un chemin qui coincide avec une Via Crucis où vous trouverez des bancs à chaque station. Bien que peu avant d’atteindre l’ermitage de Calvario, le chemin se dévie à droite, il vaut la peine de s’approcher de la chapelle carmélite de la Virgen de la Peña.

En quittant l’itinéraire partagé avec l’Étape 32, nous continuons à mon¬ter entre des pins parasols aux troncs noircis qui ont survécu à un incendie. La végétation de cette première partie est principalement composée d’alfa avec des palmiers nains, des lyciets d’Europe et de la lavande. Au fur et à mesure que le chemin longe la corde d’une colline, il y a de belles vues vers la côte dans les clairières de la forêt.

À gauche et à droite, il y a des dévia¬tions pour la carrière Barrio et le ravin Gertrudis, et après avoir parcouru environ 1 800 mètres, vous accédez à un chemin périphérique. Il y a un sentier du PR-A 171 qui continue à monter vers le col de Málaga tandis que le chemin de terre s’adoucit vers l’est et traverse les sources du ruisseau Nacimiento, laissant la colline Chaparral et le pic Mendoza à gauche. Dans chacun des virages, vous traversez un ruisseau et lorsque vous atteignez les bords, vous avez la possibilité de voir la première des carrières de granulats depuis cette hauteur. Les sommets brillants et arrondis des pins parasols contrastent avec les pentes blanches en gradins de la mine, qui est heureusement reboisée par une végétation indigène. Les versants rocheux du chemin se décomposent en sable blanc et argile rouge colonisés par des plantes qui poussent presque sans terre, comme les vipérines.

La dernière des sorties du sentier permet d’avoir une vue panoramique de la corde de la Sierra de Mijas qui va être parcourue jusqu’à la colline de Moro, couronnée d’antennes de télécommunications, et de la côte si proche de la montagne à cet endroit. Immédiatement après, la végéta¬tion change en raison de son orientation ombragée, avec l’apparition de quelques chênes parmi les pins d’Alep, les pins parasols, les chênes kermès, les genévriers, le romarin et les genêts épineux de bonne taille. Enfin, nous arrivons à un carrefour qui marque le col de la Cantera (km 4.8) où nous prenons une piste forestière dans de meilleures conditions, en tournant à droite. Cette route rejoint à nouveau la Grande Randonnée avec le PR A-171 et la Variante venant de l’ouest.

Au fil des sommets ( Jusqu’au km 11.5 )

L’orientation nord des premiers mètres de la nouvelle voie signifie que la pinède d’Alep est beaucoup plus développée, et si épaisse qu’elle ne laisse guère pousser d’autres plantes. Comme témoin de notre présence en terres des mines, au détour à droite se trouve un dépôt vert désa¬ffecté, propriété de la Compañía General de Canteras S.A. pour fournir de l’eau à l’extraction de granulats à proximité. Le paysage de la clairière (km 5.8) avec ses lignes concentriques de reboisement ne laisse pas le promeneur indifférent.

Une section de sentier rejoint à nouveau la voie principale et arrive ainsi à l’un des lieux emblématiques de la Sierra de Mijas; le col de Las Grajas, où un arbre remarquable connu sous le nom d’El Pino marque une quadruple intersection. Les côtés mènent aux zones inférieures sur les deux pentes, mais vous devez continuez tout droit jusqu’à ce que vous quittiez cette piste principale qui va à Jarapalos (Variante 249,2) à la poursuite d’un chemin forestier de débardage (km 7.8) marqué comme voie sans issue pour les véhicules.

Durant 1 400 mètres le sentier parcours le flanc du Cerro Jorado, se rétrécissant de plus en plus entre une végétation exubérante à laquelle s’ajoute désormais des térébinthes, des lentisques, des oliviers, des cistes, des sauges de Jérusalem, de la citronnelle et des plantes grimpantes en abondances.

Vous laissez la piste de nouveau et vous marchez maintenant le long d’un sentier dans la plus grande forêt de pins résineux de la journée, avec de grands spécimens qui peuvent à peine se tenir debout sur leurs racines en raison de leur proximité et de la rareté du sol. Après une montée très raide, il faut marcher le long d’une crête calcaire avec vue sur la baie de Málaga (km 8.7) entre d’abondants bosquets jusqu’à traverser un premier vallonnement, le col de Tres Caleras, et un second appelé Puerto del Cerial, où vous trouverez des spécimens de pins noirs et de grands chênes.

Au sud, une piste goudronnée entre en contact avec le chemin, ce qui pourrait être une alternative pour le raccourcir, mais vous l’ignorez pour la reprendre près de la route d’accès à un mirador aménagé sur la colline du Castillejo. Les antennes de télécommunications qui couronnent la colline de Moro avec ses 939 mètres d’altitude sont également un bon endroit pour des vues panoramiques à 360 degrés, mais cette possibilité comme le chemin qui descend vers la mine de Trinidad sont laissés sur la droite jusqu’à ce que vous atteigniez un carrefour qui se dirige vers l’est au kilomètre 11.5 au point le plus élevé de l’étape.

Le ravin del Quejigal ( Jusqu’à la fin de l’Étape )

La forte pente, le terrain très sablonneux et peut-être une utilisation non pédestre des sentiers ont érodé considérablement la première partie de la descente. Entouré à nouveau d’une dense forêt de pins, le chemin trouve bientôt quelques carrefours balisés avec des itinéraires offerts par la municipalité de Benalmádena. Le paysage s’ouvre maintenant sur la côte de ce village dans un ravin profond à travers lequel le chemin descendra.

En laissant à gauche la gorge de Sabia (km 12.8), non visible du sentier, le terrain devient de plus en plus sablonneux jusqu’à un troisième carrefour. La branche qui continue tout droit sera celle que l’Étape 34 utilisera pour traverser El Calamorro, mais vous devez maintenant suivre celle qui est en question et qui descend à travers des bancs de sable dolomitiques avec une flore intéressante. De cette façon, le fond du ravin est atteint pour faire un détour vers l’ouest à la recherche de la gorge de Quejigal, l’un des escarpements les plus célèbres de la sierra en raison de sa proximité avec Benalmádena et de la diversité végétale que l’ombre du ruisseau favorise.

Vous traversez une sorte d’aire de repos avec des bancs et une fontaine sans eau (km 14.8) puis vous traversez le Regajo del Quejigal parmi les lauriers roses et les roseaux, où se trouve les premières cabanes de contrôle des eaux qui accompagneront et baliseront le parcours jusqu’à sa fin. Le sentier prend progressivement de la hauteur tandis que la végétation s’enrichit de nouvelles espèces et gagne en feuillage. La colonisation des térébinthes sur les terrasses de la carrière désaffectée est très intéressante.

Le GR 249 vire progressivement vers l’ouest et se rapproche de l’autoroute méditerranéenne, qu’il accompagne depuis qu’il a rejoint par la droite, le tracé d’un itinéraire qu’il avait laissé plus haut. Un deuxième carrefour marque l’autre branche de cette alternative et, en suivant les regards d’assainissements ou les tu¬yaux qui apparaissent de temps en temps, vous passez sous l’AP-7S par le tunnel du ruisseau Hondo, qui se termine à la rue Milano de la zone nord de Benalmádena où se termine l’Étape.

Comment arriver

En savoir plus sur la province de Malaga

En savoir plus sur la province de Malaga