Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Histoire de La Viñuela

Diputación de Málaga

Histoire de La Viñuela

Le principal centre urbain de La Viñuela connu sous le nom de « oasis de la Axarquía » apparaît au 16ème siècle à partir d’une auberge qui existe encore aujourd’hui dans la rue principale du village et qui était alors le Chemin Royal de Vélez à Grenade. Le lieu où se trouvait cette auberge était connu sous le nom de "la viñuela" car elle comprenait un petit vignoble dans ses alentours. C’est autour de cette auberge que d’autres maisons furent construites jusqu’à former un village.

Bien que ce village de la Axarquía ne remonte qu’au 18ème siècle, ses terres furent des premières à être habitées dans le canton comme le prouvent les nombreux restes archéologiques retrouvés qui donnent foi de l’occupation par l’homme de ce passage naturel jusqu’au nord depuis l’époque des Moustériens, du Moyen Paléolithique jusqu’aux romains. Il faut citer les gisements du lit de la rivière Guaro qui ont conservé des restes du Néolithique, de l’âge de Bronze III et des romains avec des cabanes de briques et de roseau et des fonderies de bronze entre autres.

Des moulins consacrés au pressage des olives et des amphores romaines pour le transport de l’huile ont également été retrouvés. L’époque romaine a laissé de nombreuses traces sur le lieu du barrage de la Viñuela. De nos jours, les habitants de cette contrée vivent encore de l’agriculture comme leurs ancêtres.

La création du barrage qui recueille les eaux de la rivière Guaro, constitue probablement le fait historique le plus important de notre époque moderne. L’idée de le construire fut abordée à partir de 1890 mais la décision ne fut prise qu’en 1981. 900 hectares de terres appartenant au territoire communal furent inondés emportant le hameau de Herrera et la ferme de Matagallar; cependant, cet échange fut bien récompensé d’après certains alors que d’autres propriétaires affirment que les expropriations furent peu chères payées. Il ne faut pas oublier que ce barrage a servi à articuler une municipalité qui n’était en fait qu’un puzzle de hameaux, de fermes comme celles de Romanes, Las Casillas, Los Castillejos, Los Calderones, Ermita, Los Ventorros et bien entendu le centre principal de La Viñuela. Il y a également deux districts que se partage la Viñuela avec Canillas de Aceituno: Los Millanes et Los Gómez.

C’est en parcourant le village que nous nous trouvons sur l’avenue principale qui était d’antan le Chemin Royal, raison pour laquelle il est appelé Vélez Málaga sur une partie et Granada sur l’autre. C’est sur cette première partie que se trouve l’auberge qui a été restaurée et qui est ouverte au public. Plus en bas, se trouve l’église de San José du 16ème siècle et juste en face la Mairie. La rue principale atterrit sur le ruisseau Casado et dans un parc luxuriant datant de la fin du siècle dernier.

La Viñuela a toujours vécu du vignoble et de l’olivier jusqu’à nos jours puisqu’une grande partie de sa production est transportée aux moulins de Los Romanes. A présent, le tourisme et la construction prennent de l’essor.