Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Histoire de Totalán

Diputación de Málaga

Histoire de Totalán

D’aprés Don Mateo Gallego, le nom de Totalán est d’origine arabe et signifie « torta » (galette). Cette thêorie est fondêe sur plusieurs documents qui ont êtê retrouvês et qui parlent des diffêrentes maisons de campagne appelêes "Tortela", "Tortila" y "Tortalán" puisque d’aprés le Monsieur Gallego, ce lieu êtait un des endroits où se confectionnait la pâtisserie typique du territoire Andalusi.

C’est à partir de cette êpoque que Totalan a conservê son nom bien qu’aucun vestige qui corresponde à cette êpoque n’ait êtê retrouvê sur cet artisanat. Le passê historique de Totalán est semblable à celui des villages des alentours. Les premiéres rêfêrences êcrites font allusion aux colonies ibéres mais il y a un vide historique concernant la reconquëte où la municipalitê figure en tant que hameau de Afoz de Malaga. Un dolmen en couloir dêcouvert en 1995 par des enfants et baptisê sous le nom de la « Tumba del Moro » (la tombe du maure) constitue une des attractions touristiques. La lêgende veut que sous cette colline se trouve la tombe d’un chef musulman. Mais ce n’est qu’une lêgende car les restes humains retrouvês appartiennent à une êpoque contemporaine des dolmens de Antequera de 4000 ans d’âge.

Totalan conserve, malgrê tout, de nombreuses traces de son passê arabe. En particulier la tour Salazar situêe plus au sud sur une colline qui domine la mer. Sa mission êtait de dêfendre les entrêes au village par la côte puisqu’elle êtait situêe sur une ligne moyenne de points d’observation qui existait sur la côte. Plus tard, en 1492, lorsque les terres de Malaga reconquises par les chrêtiens commencent à s’organiser, c’est la tour Totalan qui s’y trouve. Le centre du village est restê tel quel et s’êtend sur le flanc de colline de El Ejido. De l’endroit le plus êlevê, on peut observer le tracê de ses rues en forme de labyrinthe inextricable et compact. C’est de là que l’on peut voir l’êglise Nuestra Señora del Rosario datant du 16éme siécle avec une colonne de marbre rouge et une crypte derriére la chapelle de la Virgen del Rosario qui fait l’orgueil des habitants de Totalan.

A cette êpoque la riviére êtait abondante et la terre êtait couverte de moulins importants selon les informations dont on dispose et qui parlent du moulin de "Aceyte" (huile) avec sa pierre et tous ses ornements.

A la fin du 19éme siécle, le territoire municipal, comme tant d’autres, fut touchê par la phylloxêra qui dêvasta la plupart des vignobles, sources de revenus de ses habitants. C’est à cette êpoque que beaucoup d’entre eux partirent vivre au Palo, un quartier de Malaga actuellement.

Mais l’êmigration la plus importante eut lieu en 1940, quand il ne restait que 1377 habitants. Le nombre d’habitants à Totalan a baissê depuis la guerre civile jusqu’à nos jours mais a continuê de se consacrer essentiellement aux amandiers et aux oliviers. Une production vinicole a êtê maintenue avec un cru plus lêger que celui de Cómpeta. Cependant, l’êconomie de Totalan repose sur la construction et sur d’autres travaux rêalisês par ses habitants dans la mêtropole de Malaga êtant donnê sa proximitê.