Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Histoire de Teba

Diputación de Málaga

Histoire de Teba

Teba est nêe sous l’occupation romaine de la rêgion bien que des dêcouvertes archêologiques aient prouvê la prêsence de l’homme prêhistorique dans des lieux aussi dêterminants dans la topographie de la commune de Teba comme le sont la grotte Cueva de las Palomas, le hameau des Castillejos (site ibêrique considêrê comme le plus important et le mieux conservê de la province), les ruines romaines du Cortijo del Tendedero ou la grotte Cueva del Tajo del Molino dans laquelle se trouve des peintures rupestres. De toute êvidence, Teba est un territoire archêologique riche comme le prouve l’existence de plus de 60 gisements dispersês sur les plus de 14.300 hectares du territoire municipal.

Pendant l’occupation musulmane, la ville fut dêplacêe sur le lieu qu’elle occupe actuellement et vint à s’appeler Itaba qui est à l’origine de son nom. Il fut un temps où l’on croyait que l’origine du nom venait de Attegua, scéne têmoin des luttes entre Pompêe et Jules Cêsar mais cette coðncidence n’a pas êtê prise en compte et la provenance du nom reste encore une ênigme. Cependant, il semblerait qu’êtant donnê la difficultê pour prononcer tous les noms qui se succêdérent ce fut Itaba qui fut adoptê.

Aprés la reconquëte de Teba au 11éme siécle par Alfonso 11éme, la municipalitê est convertie au catholicisme et devient un des territoires communaux des plus grands de la rêgion et les champs furent repeuplês. La prise du château de la Estrella au 14éme siécle constitue un avant et un aprés dans l’histoire de Teba puisque cela influenèa directement sa situation actuelle. Jusqu'à la fin du 15éme siécle, le village êtait restê dans l’enceinte arabe avec plus de 25.000 m2 entiérement encerclês. C’est à cette êpoque que la population commence à sortir pour vivre en dehors des murailles.

Le village actuel de Teba est situê sur une enceinte naturelle situêe dans une petite vallêe formêe par quatre montagnes. Son tracê urbain est un tracê chrêtien qui a maintenu la structure des maisons de maïtres et de maisons seigneuriales provenant de l’ancienne noblesse et de la bourgeoisie qui a succêdê au Comtê de Teba comme par exemple Eugenia de Montijo, êpouse de Napolêon III. Cette structure est la mieux reprêsentêe dans les rues de Nueva, San Francisco et Grande. Les vieilles maisons qui forment le village ont êtê construites avec le grés du château. Deux bâtisses sont à remarquer dans la municipalitê : le couvent de San Francisco du 16éme siécle et l’êglise de Santa Cruz du 17éme siécle. Mais il y a aussi des monuments en souvenir de ses hêros : un monument sur la Plaza de España en souvenir de sir James Douglas, chevalier êcossais qui mourut pendant la conquëte de Teba. Il y a aussi une rue consacrêe à D. Juan Martîn Muñoz, fonctionnaire qui aida les habitants de Teba à êmigrer et qui, de nos jours, reviennent sur ces terres. Le monument le plus emblêmatique, symbole de la rêgion, reste le Château qui domine le village et sert de guide pour le visiteur.

L’êconomie de Teba se base essentiellement sur l’êlevage (surtout le porcin) bien que l’industrie pâtissiére et l’industrie textile occupent êgalement une place importante. De nouvelles activitês apparaissent liêes à la modernisation et à la mise en valeur de la municipalitê.