Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Histoire de Sierra de Yeguas

Diputación de Málaga

Histoire de Sierra de Yeguas

Le territoire municipal de Sierra de Yeguas a été habité, au moins, depuis le Néolithique comme le prouvent plusieurs gisements dans la région. Des restes romains ont également été retrouvés en particulier des termes et une nécropole.

On croit également que pendant la reconquête, l’Infant Don Fernando séjourna dans Sierra de Yeguas. En 1549 le village appartenait au territoire de Estepa comme le prouvent les armes des marquis de Estepa qui figurent sur l’église.

En ce qui concerne l’aspect religieux et en raison de ses liens avec le marquisat, le village appartenait à la vicairie de "verenullius". Il s’agissait d’une institution assez particulière puisqu’elle dépendait directement du Saint Siège à Rome. Sierra de Yeguas a appartenu à la province de Séville d’un point de vue civile et administratif jusqu’au 19ème siècle puisque cette commune fait office de frontière entre les provinces de Malaga et de Séville.

L’eau a joué un rôle essentiel, moteur de l’économie au service de l’agriculture qui, dans les siècles passés, lui donna le nom de « mère de l’orge ». Le cachet du village et de ses habitants repose sur cette situation géographique et sur cette économie. L’architecture urbaine est faite de maisons blanchies à la chaux de un ou deux étages aux fenêtres basses.

La recherche et la découverte d’eau dans le sous-sol de la région ont été encouragées par Don Francisco Granados Arjona entre la fin du 19ème siècle et le début du 20ème. Celui-ci consacra sa vie à creuser des puits qui le menèrent à la ruine et il moura en 1919 sans avoir pu atteindre son objectif. Dans les années 70 du 20ème siècle les machines modernes firent de ce rêve une réalité. C’est l’agriculture locale qui en bénéficia le plus en particulier les oliviers mais aussi l’orge, la canne à sucre et la betterave sans oublier les nouvelles sources de production, commerciales et industrielles comme celles qui sont consacrées à l’asperge, le vrai symbole de la nouvelle agriculture (essentiellement l’asperge verte). Toute la vallée est semée d’asperges ainsi que d’autres produits horticoles et fruitiers. C’est l’eau en abondance qui a permis le développement de cette agriculture.

Navahermosa constitue également un centre urbain important en dehors de la municipalité ; il s’agit d’un hameau colonisé au milieu du 20ème siècle. Quant au territoire de la commune, l’orographie est présente de partout. La Sierra del Caballo et la rivière Yeguas font partie de la nature et de l’histoire de la ville. Une terre qui a engendré de nombreux conflits il fut un temps et qui a dû être partagée par l’Etat : la zone irrigable de Navahermosa, à raison de 12 fanègues par famille et la propriété de La Peñuela dans laquelle travaillent des coopératives de Sierra Yeguas et de Los Corrales. Voici donc Malaga et Séville unies par l’inévitable destin des frontières.