Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Histoire de Cuevas de San Marcos

Diputación de Málaga

Histoire de Cuevas de San Marcos

Les vestiges retrouvés dans la grotte de Belda, située sur le versant nord de la commune sur la Sierra de Chamorro, démontrent que la zone est habitée depuis la préhistoire et qu’elle fut un endroit important sous les romains et les arabes. On a mis à jour dans cette grotte des haches faites de silex, des pointes de lances et des ustensiles en pierre qui donnent des renseignements sur le mode de vie des hommes qui peuplèrent cette région il y a des millions d’années. On a également découvert des restes humains fossilisés ainsi que des statuettes et des escaliers creusés dans la pierre `propres à la culture des dolmens. Enfin, on a retrouvé un menhir surnommé “l’Enfant de Pierre” (el Niño de Piedra) au lieu dit Las Cruces.

Postérieurement, on peut affirmer qu’une colonie ibère a vu le jour dans cette zone et qu’ils étaient en contact avec les peuplades phéniciennes de la côte depuis au moins le 7ème siècle avant Jesus Christ.

Sous les romains, Belda constituait un lieu important en Andalousie comme le prouvent les amphores et les pièces de monnaie du Bas Empire romain mises à jour. On a également retrouvé la trace de la culture wisigothe sur des emplacements romains.

L’essor de la région continua sous les arabes dont on peut encore observer les traces de la forteresse qui s’élève sur la colline de Chamorro et qui fut construite suite à l’insurrection populaire contre l’Emirat de Cordoue. Le contrôle de cette rébellion provoqua le dépeuplement de la région qui ne s’en remettra pas avant le 12ème siècle. La population musulmane sera définitivement expulsée en 1424 par Pedro Narváez, gouverneur d’Antequera. Les nouveaux colons vont transformer ces terres en pâturages pour les troupeaux et ils vont construire de nouvelles fermes qui donneront naissance au village actuel qui deviendra indépendant d’Antequera en 1806.

Les fêtes de San Marcos donnent lieu à un pèlerinage parmi les champs et à une grande réunion familiale. On célèbre également ce même jour la fin de la récolte des olives. Il est de tradition d’attacher le diable à un genêt coutume qui serait liée à la légende de la grotte de Belda. Ainsi, on raconte que les rois maures de Grenade dans leur fuite auraient caché leurs trésors dans cette grotte. Tous ceux qui voulaient y pénétrer par la suite voyaient apparaître le diable jusqu’au jour où un curé armé d’une croix s’y rendit, combattit le diable et le vaincu. Suite au combat, il l’attacha avec des fleurs.

L’économie locale repose sur l’olivier, l’élevage et le textile mais de plus en plus sur les céréales et périodiquement sur le travail de l’alfa.