Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Histoire de Carratraca

Diputación de Málaga

Histoire de Carratraca

La naissance du village tel qu’on le connaît aujourd’hui se situe aux alentours du 19ème siècle lorsque l’établissement thermal s’agrandit et devint un des plus grands attraits touristiques de la région. La légende veut que ce soit un mendiant, Juan Camisón, qui ait découvert les propriétés curatives de ses eaux. Le surnom de “camisón” (“la grande chemise”) lui a été donné parce qu’il portait toujours de grandes chemises afin que les plaies qui recouvraient son corps lui fassent moins mal. Un jour où il arrivait à une ferme située près de la source de la rivière pour demander la charité aux habitants, il observa un berger qui versait de l’eau sur ses chèvres pour soigner les ulcères qu’elles avaient sur la peau. Ce berger avait observé qu’avec le temps les plaies disparaissaient. Juan Camisón décida de se baigner dans ces eaux et lui aussi fut guéri.

L’établissement thermal, situé dans la rue Baños, a récupéré ces eaux curatives. C’est un bâtiment de style néoclassique qui a été construit en grès et en marbre au milieu du 19ème siècle (1847). Finalement, il fut inauguré sous sa forme actuelle en 1855. À cette période, pour pouvoir l’agrandir, on utilisa des terres appartenant au Comte de Teba, père de Doña Eugenia de Montijo, qui accepta de les donner en échange de la construction d’un bain spécialement pour sa fille, bain qui est toujours visible aujourd’hui. Cependant il semble que celle qui fut l’épouse de Napoléon 3ème n’utilisa jamais ce bain, il paraît même qu’elle ne vint jamais à Carratraca.

Le pouvoir curatif de ces eaux à été prouvé de manière scientifique et parmi ces applications thérapeutiques on peut souligner son usage pour soigner les maladies de la peau et des muqueuses, les rhumatismes, l’arthrose, l’arthrite ou les disfonctionnements du système nerveux, entre autres. De nombreux personnages célèbres ont profité de ces eaux comme Moreno Carbonere, Rilke et Romero de Torres et à une époque plus récente Antonio Gala, María Victoria Atencia et Antonio Banderas.

Cependant, le village a d’autres atouts que son établissement thermal. C’est ainsi que juché en haut de la colline qui accueille le village sur ses flancs, on peut observer tous les symboles du village: ses arènes, le palais de Doña Trinidad occupé aujourd’hui par la mairie, l’église... Carratraca se différencie également des autres villages de la zone par son architecture, différente en volumes et en conception. On y trouve des maisons à trois étages, construites par les familles bourgeoises de l’époque attirées par les charmes et les vertus des bains. La plus connue de ces maisons est celle qui fut habitée dans un premier temps par Don Carlos Donnoy, gouverneur de Málaga sous Fernando VII, avant d’être transformée en hôtel.

Ainsi, de tout temps, l’économie locale a reposé sur le tourisme vu que ses terres accidentées appartenant aux sierras de Alcaparín, Aguas et Jarales n’étaient pas vraiment propices au développement agricole.