Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Histoire d´Algatocín

Diputación de Málaga

Histoire d´Algatocín

La commune d’Algatocîn s’êtend d’Est en Ouest à flanc de montagne entre les riviéres Genal et Guadiaro. Ses collines sont couvertes de pins, de châtaigniers, de chënes liéges et de chënes verts. Le village se trouve au pied de la Sierrecilla à 724m au-dessus du niveau de la mer, accrochê au mont de “La Prontitud” (“La Promptitude”). Depuis le village on aperèoit la vallêe du Genal et ses merveilleuses maisons blanches dêposêes sur la colline de “El Fraile” (“Le Frére”) telles de minuscules touches de peinture. Cette colline qui êpouse la forme d’un moine a êtê taillêe par le temps, l’eau et les intempêries.

La structure du village est l’hêritage de la civilisation arabe qui a su s’adapter aux difficultês du terrain en construisant des ruelles pentues et sinueuses bordêes de maisons basses blanchies à la chaux. On trouve aussi des maisons du 18éme avec leurs faèades à portique. Tout en haut du village se situe l’ermitage du Santo Cristo et vers le centre du village l’êglise paroissiale de Nuestra Señora del Rosario datant du 16éme. L’histoire locale prêtend que cette êglise fût construite sur l’emplacement du palais d’Algatois, du nom de la fille d’un roi musulman. On pense êgalement que la tribu des Al Atusiyin est à l’origine de la construction du village ainsi que de son nom actuel mais on mêconnaït l’histoire locale et ses diffêrentes êtapes.

Une petite faille naturelle a prêservê le village des restructurations lui permettant de conserver son aspect architectural d’origine. Cette faille situêe à l’arriére du village sert aujourd’hui de limite entre le village ancien et le moderne. On peut presque dire qu’Algatocîn est composê de deux villages: L’un, têmoin du passê avec ses vielles maisons seigneuriales et l’autre, fruit de l’architecture moderne, construit sur la zone appelêe La Cecerîa, qui a du mal à se fondre dans le paysage. Dans le vieux village, au-delà des monuments citês plus haut, il faut faire un tour vers le tranquille square Plazoleta et la pittoresque Plaza de la Fuente que l’on peut rejoindre par de nombreuses ruelles.

En se promenant dans le vieux centre on trouvera aussi l’avenue Alameda de Andalucîa, axe central du village, où se situe la mairie. En bas du village, on pourra observer le cimetiére qui, contrairement à ceux de la pêninsule ibêrique, a êtê construit à l’intêrieur mëme du village. Ses ruelles sont propices à la flânerie avec ses maisons aux grilles ornêes de gêraniums et ses nombreux miradors.

De l’histoire d’Algatocîn, on retiendra que, suite aux repeuplements chrêtiens, le village s’est dêveloppê grâce à une activitê êconomique importante. Aujourd’hui, l’agriculture reprêsente la principale source de revenus du village. La production est rêpartie sur deux zones trés diffêrentes. La premiére, appelêe Salitre, se trouve sur les hauteurs de la vallêe du Guadiaro et jouit de nombreuses sources d’eau. Elle est donc principalement destinêe à des cultures d’irrigation. La deuxiéme, situêe en pleine vallêe du Genal, est une zone abrupte plantêe d’arbres fruitiers et d’arbres destinês à la production de bois comme des oliviers, des agrumes, des figuiers, des amandiers, des châtaigniers mais aussi des chënes verts et liéges et des pins. C’est aussi une zone riche en plantes aromatiques comme le ciste, le thym et le romarin. Les habitants de la rêgion font êgalement bon usage des plantes mêdicinales comme la mêlisse, l’eucalyptus ou le pouliot.