Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúa utilizando este sitio asumiremos que está de acuerdo.
 
×

Histoire de Comares

Diputación de Málaga

Histoire de Comares

Bien qu’il n’y ait aucun doute de l’importance du village pendant les siécles de prêsence maure, son êclosion pourrait remonter à des temps beaucoup plus anciens et se situer vers le 7éme siécle avant Jesus Christ quand les grecs phocidiens dêbarquérent sur les côtes de Málaga et de Torre del Mar et nommérent le village “Komaron” ce qui signifie “terre d’arbousiers”.

Cependant, ce sont effectivement les arabes qui ont marquê son urbanisme si particulier, ses coutumes et sa propre identitê en lui donnant le nom de “Hisn Comarix” qui veut dire “le château sur les hauteurs”.

Un fait notoire de son histoire est inscrit dans son êcusson puisqu’il reprêsente les armoiries du marquisat, titre que reèut Don Diego Fernández de Córdoba de la min des Rois Catholiques en remerciement de sa participation à la capture de Boabdil en 1483. Ce titre appartient aujourd’hui à la Duchesse de Medinaceli, dix-septiéme Marquise de Comares.

Le 29 avril 1487, le village de Comares capitula en faveur des Rois catholiques, acte qui fut gravê dans une des stalles du choeur de la cathêdrale de Toléde, la nombre 14 qui se trouve juste à côtê de celle des Epïtres. On peut observer sur cette stalle la scéne de la remise des clês de la ville aux Rois Catholiques.

Suite à la conquëte, on procêda au baptëme collectif des trente familles maures qui restaient à Comares, cêrêmonie qui eut lieu dans une des rues du village depuis lors connue comme rue “du Pardon”. Ce moment de l’histoire du village est depuis cêlêbrê par trente coups de cloche suite aux trois coups en vigueur lors de la grande messe du dimanche et des fëtes religieuses.

Depuis sa crêation Comares a toujours jouê un rôle important parmi les villes de la rêgion puisqu’il fut tour à tour lieu d’emplacement humain, forteresse, marquisat et berceau des fandangos de Málaga (los verdiales) grâce à la succession des civilisations qui depuis 300 avant Jesus Christ s’y sont êtablies: les phêniciens, les romains, les arabes et enfin les chrêtiens à partir de 1487.

Cependant, comme de nombreux villages de la Axarquîa, ce sont les arabes qui laisseront la plus grande empreinte en lui donnant sa physionomie , son nom et son emplacement actuels. En effet, on retrouve le nom de Comares dans beaucoup de textes nazaris sous l’appellation de “Hins-Qomarix” (le Château de Comares).

Comares a jouê un rôle si important dans l’histoire qu’on en retrouve la trace sur des monuments de l’envergure de l’Alhambra de Grenade et la cathêdrale de Toléde. Ainsi la Tour des Ambassadeurs de l’Alhambra est aussi connue comme Tour de Comares et une stalle de la cathêdrale de Toléde lui est dêdiêe.

La situation gêographique du village, juchê sur une colline, a entraïnê la construction des rues et des maisons blanches les unes sur les autres autour de l’êglise de Nuestra Señora de la Encarnación. Tout prés de la place de la Constitution, on peut observer le plus beau visage de la Axarquîa avec la mer, la Sierra Tejeda, Benamocarra, Benamargosa, Velez-Málaga... . C’est pour cela qu’il est connu comme “le balcon de la Axarquîa”. Depuis ce point, on comprend mieux l’organisation du village avec son vieux centre d’un côtê et ses “districts” : Arquerîa, Mazmullar, Romo-Cueva et Rîo. A l’intêrieur du village on trouve deux fontaines la “Grosse” et la “Maigre” dont les eaux auraient des vertus curatives. On peut êgalement observer l’arc de la rue Carnicerîa et les rochers jaillissant des murs de la rue Real.