Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Le Parc de Malaga

Diputación de Málaga

Le Parc de Malaga

Limitê par l'Alameda Principal et le Paseo de España paralléle au Muelle de Guadiaro, le parc s'êtend depuis la Place du General Torrijos jusqu'à la Place de la Marina. Il comprend trois promenades de 800 métres de longueur et de 10 métres de largeur ; l'une se trouve au nord et les deux autres au sud de la grande promenade centrale pour vêhicules, de 25 métres de largeur, dans l'axe de la promenade principale. La superficie totale est de plus de 30 000 métres2, si l'on ajoute la roseraie entourêe d'orangers et de cyprés, la Casa Consistorial et les dênommês jardins de Puerta Oscura.

Le style et l'aspect du parc sont des plus singuliers :

Il s'agit plutôt d'une promenade avec des jardins des deux côtês que d'un parc.

Le plan de base est celui d'un jardin paysagiste, mêditerranêen, à caractére lêgérement renaissant avec des tracês baroques.

Le parc est ouvert contrairement à la majoritê des parcs publics.

L'accés y est aisê. Le climat local est excellent tout le long de l'annêe.

Les alignements fonctionnels permettent le passage des rayons du soleil en hiver et fournissent de l'ombre tout le long de l'annêe. Polychromie et succession saisonniére. La fonction de la couverture est de donner de l'ombre et de la fraïcheur. Preuve en est le choix de platanes et plus tard d'autres espéces feuillues.

Diversitê. Le parc abrite des exemplaires, comme l'Encephalartos Laurencianus, qui se trouve face à l'angle du bâtiment des douanes. Cette plante fut offerte en cadeau par le marquis de Larios. Les exemplaires, isolês ou en petits groupes, de Cycas revoluta sont nombreux. Trois ou quatre Dracaena Draco ou Dragonnier des Canaries, aux feuilles rigides et pointues et aux fruits rougeâtres retombant en grappes, apportent une touche d'exotisme. On y trouve aussi le Pinus Canariensis, le Grevillea robusta, plante de l'hêmisphére sud, et plus concrétement de l'Australie, dont le nom commun est &lacuo; chëne argentê d'Australie &racuo;.

Plusieurs exemplaires magnifiques de Pandanus candelabrum (arbre des rêgions marêcageuses d'Afrique du sud-est, aux puissantes racines êchasses) entourent la fontaine taillêe à Gënes sur ordre de l'Empereur Charles-Quint aprés avoir êtê reprise aux pirates maures. Elle fut transportêe à Malaga sur ordre du souverain. On planta autour des cyprés du Mexique ou de Virginie, connus sous le nom de &lacuo; l'arbre de la triste nuit &racuo;, car Hernán Cortês et un groupe de fidéles s'êtaient rêfugiês sous ses branches aprés avoir rêchappê à un massacre durant la conquëte de Mexico.

Soulignons des espéces telles que le Callitris quadrivalvis, ne poussant qu'en Afrique du Nord, le Chorisia, arbre du sud du Brêsil et du nord de l'Uruguay, connu sous le nom de palo borracho en espagnol et qui signifie littêralement &lacuo; bâton ivre &racuo; car il a la particularitê de gonfler. Grâce aux Larios et à d'autres cêlébres familles de Malaga, le parc s'enrichit d'une collection et d'une sêlection de plantes provenant, pour la plupart, de pays tropicaux et subtropicaux.

Le grand Ficus pendulata, le palmier à chanvre de Chine ou alors le Chamaerops humilis unique en Europe. Des espéces originaires d'Asie et d'Ocêanie tropicale, le groupe de palmiers Archontophoenix cunninghamiana d'Australie, êlancês, marquês des anneaux de croissance laissês par la chute des anciennes feuilles et les cédres du Liban. Les araucarias de l'Amêrique australe, les yuccas, les cycas, les êlodêes qui succédent aux genêvriers et aux thuyas japonais. Les palmiers de Californie, les Strelitzia augusta... comme vous pouvez le constater, des plantes de tous les continents.

ORIGINES DU PARC DE MALAGA.

L'histoire du Parc de Malaga est êtroitement liêe à celle du XIXe siécle. Il tire son origine d'une loi de 1896, promulguêe par Cánovas del Castillo. Il s'agissait de dêterminer les limites de la zone de services du Quai du marquis de Guadiaro, afin de transformer en jardins une grande partie des terrains gagnês à la mer ; de la sorte, les habitants de Malaga du XXe siécle jouiraient de l'un des parcs publics les plus importants d'Europe en matiére de flore exotique qui prolongerait l'Alameda principal jusqu'au dêbut du Paseo de la Farola.

Le marquis de Larios fut l'auteur des prolêgoménes du projet qui furent approuvês par la Mairie. Les architectes Rivera, Guerrero Strachan, Rucoba et Crooke intervinrent au cours de la longue êtape de dêveloppement et de conception. Mais ce fut l'architecte Rucoba qui commenèa les travaux avec les mêthodes modestes et insuffisantes d'il y a un plus d'un siécle. Il fut impossible de disposer avant 1897 de l'espace gagnê à la mer, tel que nous le connaissons de nos jours, car le projet du jardin ne fut approuvê par voie de mandat royal que cette annêe-là ; il ne devint le magnifique verger que nous pouvons contempler de nos jours que 30 ans plus tard.
 

Jardins
Paseo del Parque, CP 29015