Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Le conseil provincial approuve le cahier des charges pour la nouvelle gestion du Caminito del Rey, qui débutera en avril

Diputación de Málaga
Actualité

Le conseil provincial approuve le cahier des charges pour la nouvelle gestion du Caminito del Rey, qui débutera en avril

Le prix maximum du billet d’entrée sera de 10 euros TTC et le nombre limite de personnes par an a été fixé à 300 000 visiteurs.

Bendodo souligne qu’une nouvelle étape commence maintenant, celle de la promotion de cette grande ressource touristique par des entreprises spécialisées.

L’assemblée du gouvernement du conseil provincial de Malaga a approuvé aujourd’hui lors de sa réunion le cahier des charges fixant les conditions économiques et administratives pour la nouvelle gestion du Caminito del Rey, qui débutera le 1er avril et se prolongera sur une période de 4 ans, non prorogeable. À partir du mois d’avril, le conseil provincial cèdera donc la responsabilité directe de l’utilisation de ce sentier à une entreprise qui sera chargée de la gestion – entrées incluses – de la conservation, des réparations nécessaires ainsi que de la sécurité et de la surveillance du site.

Le président du conseil provincial de Malaga, Elías Bendodo – au cours de déclarations réalisées au Salon International du Tourisme (Fitur), célébré en ce moment à Madrid – a souligné que ce cahier des charges a été approuvé à l’unanimité par les membres de la commission de suivi du Caminito del Rey, au sein de laquelle sont représentés, entre autres, les mairies d’Álora et d’Ardales et le conseil provincial, moteur du projet.

« Il s’agit d’exploiter le Caminito comme une grande ressource touristique, a-t’il ajouté, et, comme nous l’avions annoncé, cette première année de fonctionnement a permis de le faire connaître, avec un accès gratuit. Maintenant commence une nouvelle étape de promotion nationale et internationale au travers d’entreprises expertes et spécialisées. »

Bendodo a indiqué que le Caminito del Rey est d’ores et déjà une marque internationale et a tenu à remercier l’engagement des mairies d’Álora, Ardales, Antequera et Valle de Abdalajís « en faveur de ce projet qui est une réalité dont tout le monde peut profiter ».

Prix des entrées

Le cahier des charges de régulation économique et administrative de la concession domaniale d’utilisation du Caminito del Rey sera publié dans le Bulletin Officiel de la Province de Malaga (BOP) la semaine prochaine et fixera un délai de 15 jours ouvrables pour la présentation des offres à partir de sa publication.

Dans ce nouveau modèle de gestion du Caminito del Rey, l’entrée ne sera plus gratuite (comme c’est le cas actuellement) et un prix maximum de 8,2645 euros a été établi, un montant auquel il faudra ajouter la TVA en vigueur en fonction du moment. Actuellement, la TVA s’appliquant à ces entrées étant de 21 %, le prix final ne dépassera pas les 10 euros.

Le nombre limite de visiteurs prévu à l’année sera de 300 000, avec un maximum de 1 100 personnes par jour, afin de préserver cet important site naturel. Les installations seront ouvertes du mardi au dimanche, sauf les 24, 25 et 31 décembre et le 1er janvier, ainsi que les jours où les conditions météorologiques ne le permettraient pas.

Critères d’évaluation

Le document approuvé par l’assemblée fixe le paiement d’une redevance annuelle minimum de 75 000 euros au conseil provincial de Malaga, une quantité qui sera réinvestie dans la région. La commission de suivi du Caminito déterminera la destination de la somme perçue.

De même, le cahier des charges établit que 9 % minimum des recettes provenant des entrées devra être destiné à la maintenance du Caminito.

Ces deux aspects, la redevance et le pourcentage destiné à la maintenance, seront les deux critères d’évaluation quantifiables des propositions présentées. La solvabilité économique et financière des entreprises présentant une offre sera également prise en compte (chiffre d’affaires annuel égal ou supérieur à 750 000 euros) ainsi que leur solvabilité technique.

Utilisation adéquate des installations

Le cahier des charges détermine également divers aspects dont le but est de garantir l’usage adéquat du Caminito par l’entreprise concessionnaire, qui est obligé d’utiliser l’installation pour la finalité exclusive précédemment citée, rendant impossible tout autre type de prestation future dans son enceinte d’autres services ou activités complémentaires que celle objet de cette concession.
En outre, la société gérante ne pourra, en aucun cas, céder, sous-louer, transférer, aliéner ou taxer la concession domaniale sous quelque modalité ou titre que ce soit.

Le concessionnaire devra également entretenir l’installation et la conserver en parfait état de marche, de propreté et de salubrité, pendant toute la durée de la concession. L’ensemble des réparations majeures et mineures, ordinaires et extraordinaires, nécessaires à la maintenance de l’installation dans des conditions parfaites d’utilisation et de fonctionnement lui incomberont également.

Personnel pour la gestion et la conservation

Le document régulant la nouvelle gestion du Caminito établit le personnel minimum avec lequel la société gérante devra travailler quotidiennement. Ainsi, le personnel de sécurité et de surveillance (surveillance assermentée) devra être présent 24 h/24, 365 jours par an, au niveau des guérites déjà habilitées à cet effet avec des écrans.

De même, elle devra disposer du personnel qu’elle estime nécessaire pour effectuer correctement la gestion des entrées (réservations, vente, incidents, information...) et l’accueil des clients. Elle devra également embaucher deux responsables, chargés des accès nord (entrée) et sud (sortie), quatre contrôleurs dans la zone intérieure, deux auxiliaires d’information et de préparation, deux techniciens de surface et de maintenance, deux contrôleurs de guérite et deux contrôleurs au niveau du pont suspendu.

À cette équipe s’uniront aussi deux techniciens spécialisés dans la maintenance, un alpiniste et un technicien auxiliaire, qui seront chargés de maintenir l’infrastructure en parfait état, de la réparer et la conserver.