Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Le conseil général de Malaga consacre 3 millions d’euros à la réparation du Caminito del Rey avec pour objectif sa réouverture au public en 2015

Diputación de Málaga
Actualité

Le conseil général de Malaga consacre 3 millions d’euros à la réparation du Caminito del Rey avec pour objectif sa réouverture au public en 2015

L’institution provinciale, le conseil régional d’Andalousie, Ardales, Álora et Antequera débloquent la réhabilitation de cette voie historique qui deviendra une attraction touristique mondiale

Le conseil général de Malaga, le conseil régional d’Andalousie et les municipalités d’Ardales, Álora et Antequera ont annoncé aujourd’hui le déblocage définitif du projet de réparation du Caminito del Rey, qui comprend, dans sa première phase, la réhabilitation de l’historique passerelle et la construction de deux points de contrôle aux extrémités du parcours. Le coût de cette intervention, assumée intégralement par le conseil général, s’élève à 3 millions d’euros, et son ouverture au public devrait se faire au début de l’année 2015.

Le président, Elías Bendodo, et le député à l’Architecture, à l’Urbanisme et à la Planification, Ignacio Mena, ont présenté les détails les plus significatifs du projet, aux côtés du délégué à l’Environnement du conseil régional, Javier Carnero, et des maires des principales municipalités impliquées, Juan Calderón (Ardales), José Sánchez (Álora) et Manuel Barón (Antequera). Le projet d’exécution est dans sa phase finale de rédaction par le conseil général et les formalités administratives seront terminées cette année, ce qui permettra de fixer le début des travaux pour 2014.

Le chemin historique construit pour le roi Alphonse XIII au début du siècle dernier, traverse le défilé des Gaitanes sur une longueur d’1,2 kilomètre. En dix mois, délai fixé pour la réalisation des travaux, une nouvelle passerelle faite de panneaux en bois sera construite et fixée à la paroi à l’aide d’ancrages métalliques vissés à la roche, par-dessus l’actuelle corniche en béton.

Bendodo a expliqué que cette méthode permettra d’obtenir une structure en symbiose avec le paysage, plus aisée à construire, avec un impact environnemental moindre, une maintenance plus simple et un délai d’exécution plus rapide. Sur certaines parties, le sol sera revêtu d’un matériau transparent afin que les visiteurs puissent apprécier l’ancienne structure, qui ne sera pas éliminée. « Nous allons tout faire pour que le Caminito del Rey cesse d’être un endroit interdit et dangereux, et qu’il redevienne un site accessible pour le plus grand plaisir de tous », a-t-il affirmé.

Des ouvriers suspendus au défilé

La technique de construction sera similaire à celle utilisée pour la réalisation du Caminito del Rey originel entre les années 1901 et 1905, avec des travailleurs suspendus au-dessus du précipice. Le projet sera exposé au public cet été et Carnero a garanti que les permis obligatoires qui dépendent du conseil régional (administration compétente en matière d’aménagement du territoire) seront débloqués très prochainement.

Plusieurs entreprises spécialisées dans ce type de travaux ont déjà montré leur intérêt pour le projet. Dans leurs propositions, elles devront tenir compte du fait que les travaux devront être interrompus durant la période de nidification des vautours, au printemps, comme l’exige le rapport d’impact environnemental.

Bendodo a spécifié que le projet comprend une seconde phase, déjà en cours, prévoyant l’édification d’un centre d’interprétation, l’amélioration des accès au site et l’aménagement d’une zone de stationnement. « Le conseil général, le conseil régional et les municipalités impliquées ne peuvent pas permettre plus longtemps que les Malaguènes et les touristes qui viennent nous rendre visite ne puissent pas profiter de ce joyau naturel et touristique en toute sécurité », a-t-il déclaré.

De son côté, le maire d’Ardales a rappelé que le projet de réhabilitation et de réparation du Caminito del Rey traîne derrière lui des démarches de « plusieurs décennies » et que sa réalisation dotera le site, et la province en général, d’une attraction touristique et sportive de premier ordre. Les dirigeants d’Antequera et d’Álora ont souligné la nécessité que les travaux commencent le plus tôt possible afin que tous les acteurs locaux puissent profiter du pouvoir de dynamisation économique de ce nouveau produit.

Tous les représentants politiques réunis aujourd’hui au siège du conseil général se sont réjouis que le projet de réhabilitation du Caminito del Rey soit enfin devenu une réalité, en grande partie grâce à la coopération institutionnelle et à l’intérêt commun de faire revivre l’un des pôles d’attractions historiques les plus emblématiques et de la province.

« La transcendance de cette initiative est considérable dans la mesure où nous disposons déjà de la reconnaissance internationale du Caminito del Rey », a manifesté le président. Il s’agit, en outre, d’une zone bien desservie par voie ferroviaire et proche d’autres lieux dignes d’intérêts comme les ruines de Bobastro. « Après sa réouverture en 2015, tout un chacun pourra traverser le défilé comme le fit le roi Alphonse XIII en 1921 », a-t-il conclu.