Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Le conseil général concède la réhabilitation du Caminito del Rey à l’entreprise malaguène Construcciones Sando pour une valeur de 2 244 101 euros

Diputación de Málaga
Actualité

Le conseil général concède la réhabilitation du Caminito del Rey à l’entreprise malaguène Construcciones Sando pour une valeur de 2 244 101 euros

L’institution provinciale, le conseil régional, le gouvernement, Ardales, Antequera et Álora signent un manifeste pour encourager la mise en valeur et la promotion du site

Le début des travaux est fixé pour le mois de mars, avec un délai d’exécution de dix mois, ce qui permettra son ouverture au public début 2015

Le conseil général de Malaga a approuvé aujourd’hui la concession des travaux de réhabilitation du Caminito del Rey à l’entreprise malaguène Construcciones Sando pour une valeur de 2 244 101 euros et un délai d’exécution de dix mois. Les travaux commenceront au cours du mois de mars et la réouverture du site est prévue pour début 2015.

Le président, Elías Bendodo, a informé du résultat du concours public convoqué le 31 décembre dernier auquel ont participé dix entreprises. L’offre de Sando a obtenu la meilleure note selon le barème du cahier des charges - 96,75 points - et l’entreprise a accompli toutes les formalités postérieures requises, ce qui en fait officiellement l’entreprise adjudicataire.

Le projet comprend la réhabilitation de l’ensemble des quatre kilomètres du Caminito del Rey, et en particulier de la passerelle suspendue à la paroi rocheuse, longue d’1,2 kilomètre. Pour la rénovation de cette partie du chemin, l’entreprise fera appel à des alpinistes spécialisés qui travailleront suspendus au défilé, ainsi qu’à des hélicoptères pour le transport des matériaux.

« Les tentatives pour remettre en service ce sentier aérien qui surplombe le défilé des Gaitanes, un site d’une grande beauté, ont été nombreuses ; aujourd’hui, enfin, grâce à une volonté de fer et à une excellente coopération institutionnelle, nous pouvons franchir cette étape décisive. C’est un grand jour pour la province, car nous participons à la renaissance d’une attraction iconique et d’un actif touristique et environnemental de premier ordre », a proclamé le président.

Manifeste institutionnel

Le conseil général a réuni les représentants de toutes les institutions participantes : le sous-délégué du gouvernement à Malaga, Jorge Hernández Mollar, le délégué à l’Environnement du conseil régional, Javier Carnero et les maires d’Ardales (Juan Calderón), Álora (José Sánchez) et Antequera (Manuel Barón) ont paraphé, aux côtés de Bendodo, un manifeste destiné à encourager la mise en valeur et la promotion du Caminito del Rey et de son environnement.

En vertu de ce document, les parties signataires s’engagent à « collaborer de façon loyale au développement des infrastructures routières d’accès, à prévoir une série d’installations publiques à usage récréatif, culturel et sportif pour l’accueil des visiteurs et à favoriser l’étude, la diffusion et la connaissance de cette enclave insolite ». Le conseil général, de fait, réalisera un investissement d’un million d’euros pour l’élargissement de la route d’accès au village d’El Chorro, une amélioration fondamentale pour l’exploitation touristique de la nouvelle infrastructure.

Bendodo a remercié l’implication de Salvador Pendón, antérieur président du conseil général de Malaga et également ex-maire d’Ardales, dans le projet du Caminito del Rey. Il a invité les institutions représentées aujourd’hui à faire tout ce qui était en leur pouvoir pour que cette démonstration de coopération « ne soit pas un cas isolé » et qu’elle puisse se répéter dans le futur.

Dans le même état d’esprit, le maire d’Ardales a souligné que les administrations, dirigées par trois partis politiques différents, ont été capables de mener à bien ce projet avec pour unique objectif celui de protéger les intérêts de la province. Les dirigeants d’Antequera et d’Álora ont repris cette même idée et rappelé que le Caminito del Rey est une « merveille de la nature » qui participera à la réactivation de l’économie grâce au tourisme actif et d’intérieur.

Les représentants du gouvernement central et le conseil régional d’Andalousie ont également exprimé leur soutien au projet, maintenant et dans le futur. L’administration de l’État a participé à l’émission du rapport de l’Administrateur des infrastructures ferroviaires (Adif), obligatoire en raison de la coexistence du Caminito avec la ligne de chemin de fer d’El Chorro. Les organes de la communauté autonome ont, quant à eux, géré les sujets touchant à l’environnement, qui entrent dans leurs champs de compétences.
Pour leur part, les représentants d’Ardales, Álora et Antequera ont approuvé le rapport de compatibilité du projet en matière d’urbanisme dans leur commune respective. Ardales et Álora ont également autorisé la construction de deux guérites de contrôle qui joueront le rôle de porte d’entrée et de sortie du site objet des travaux.

Des investissements répartis sur deux ans

Le projet sera exécuté au cours des années 2014 et 2015 et le conseil a approuvé aujourd’hui la répartition des dépenses pour chacun des deux exercices. La quantité correspondant à 2014 est de 1 652 332 euros et celle de l’année prochaine de 591 769 euros, ce qui permettra d’atteindre la somme totale du budget fixée à 2 244 101 euros.

La nouvelle passerelle du Caminito del Rey sera réalisée avec des poutres et des planches en bois et des ancrages métalliques vissés dans la paroi rocheuse. Certains tronçons du sentier auront un sol en verre, afin de permettre l’observation du défilé des Gaitanes. La hauteur moyenne au-dessus du fleuve est de 100 mètres environ.

Ce sentier aérien fut construit entre 1901 et 1905 pour répondre aux besoins de la Sociedad Hidroeléctrica del Chorro qui cherchait un accès facile pour la circulation des ouvriers de maintenance et pour le transport des matériaux. Il acquit son nom actuel de petit chemin du Roi après la traversée du roi Alphonse XIII qui allait inaugurer le barrage du Comte de Guadalhorce.

L’architecte Luis Machuca, chef du service Architecture, Urbanisme et Planification du conseil général, sera le directeur des travaux, et Carlos Vasserot, chef du service Tourisme et Promotion du territoire, occupera le poste de responsable du contrat.