Esta web utiliza cookies para obtener datos anónimos de acceso. Si continúas navegando, consideramos que aceptas nuestra política de cookies.

×

Elías Bendodo applaudit la coopération institutionnelle en ce « jour historique » où commencent les travaux de réhabilitation du Caminito del Rey

Diputación de Málaga
Actualité

Elías Bendodo applaudit la coopération institutionnelle en ce « jour historique » où commencent les travaux de réhabilitation du Caminito del Rey

Le président du conseil général célèbre, lors d’une visite au pied du défilé des Gaitanes, la « récupération pour les citoyens d’un site unique au monde »

L’entreprise malaguène Construcciones Sando est la responsable des travaux, d’une valeur de 2 244 000 euros, avec pour objectif la réouverture de la passerelle début 2015

Le président du conseil général de Malaga, Elías Bendodo, a déclaré aujourd’hui que la coopération entre les institutions avait été la clef de la réhabilitation du Caminito del Rey, dont les travaux viennent de commencer dans le défilé des Gaitanes, après plus de deux décennies d’essais infructueux.

L’entreprise malaguène Sando s’attaque aux travaux avec un budget de 2 244 000 euros, financés par le conseil général. L’objectif est de mettre en service la passerelle début 2015.

Bendodo a assisté à la pose de la première pierre au pied du site naturel aux côtés des maires d’Ardales (Juan Calderón), d’Álora (José Sánchez) et d’Antequera (Manuel Barón), ainsi que du sous-délégué du gouvernement andalou à Malaga et d’autres autorités civiles et militaires de la vallée du Guadalhorce et de toute la province.

La première pierre a été posée par des alpinistes spécialisés, ceux-là même qui travailleront sur la passerelle que parcourut au mois de mai 1921 le roi Alphonse XIII afin d’aller inaugurer le barrage du Comte de Guadalhorce. C’est depuis ce temps que, ce qui n’était qu’une modeste voie de service - construite entre 1901 et 1905 - pour les travailleurs de la Sociedad Hidroeléctrica del Chorro, prit le nom de Caminito del Rey, petit chemin du Roi, nom qui a transcendé les époques.

« Nous vivons un jour historique. Il nous faut reconquérir cet espace pour tous ceux qui souhaitent venir le découvrir parce que la province de Malaga ne peux pas vivre en tournant le dos à un lieu comme celui-ci, unique au monde ; c’est un patrimoine qui doit reprendre du service, qui doit être bien vivant », a déclaré le président se référant au Caminito del Rey, qui est resté fermé pendant les dernières décennies en raison de son mauvais état et de sa dangerosité.

Deux décennies d’essais infructueux

Le président  a rappelé que la première tentative de réhabilitation du sentier date de 1992. Par la suite, à partir de 2004, le conseil général de Malaga a été à la tête d’un mouvement qui a dû faire face, pendant très longtemps, à différentes difficultés administratives.

Au cours des dix dernières années, de multiples essais ont été entrepris par le biais de conventions de collaboration entre le gouvernement central, le conseil régional et le conseil général. Plans de dynamisation touristique, projets de restauration, commandes d’études et de rapports à l’entreprise publique Egmasa et même un plan pluriannuel approuvé en 2009… « pourtant, jusqu’à maintenant, nous nous étions toujours heurtés à des difficultés », a relaté Bendodo.

« Mais le plus important c’est qu’aujourd’hui nous vivons un jour historique, parce que, tous ensemble, nous avons réussi à accomplir un devoir politique envers cette province et ses citoyens », a-t-il ajouté. Le président a mentionné le manifeste signé en février par toutes les institutions impliquées dans le projet et qui vise le développement et la promotion du Caminito del Rey et de son environnement « comme une ressource économique pour le présent et le futur de la vallée du Guadalhorce et de toute la province ».

Le maire d’Ardales, quant à lui, a remercié le conseil général pour son rôle dans le déblocage du projet et a qualifié de « très important » le fait que les institutions se soient unies autour d’un objectif commun. Le dirigeant d’Álora a souligné que le Caminito del Rey sera un « moteur économique » et a considéré fondamentale l’implication de l’initiative privée. Le maire d’Antequera, quant à lui, a déclaré que la passerelle « sera un complément formidable pour l’offre de tourisme de nature déjà très riche de la région ».

Alpinistes et hélicoptères dans le défilé

La technique de construction qui sera utilisée pour la réhabilitation du Caminito del Rey sera similaire à celle employée par les travailleurs de la Sociedad Hidroeléctrica del Chorro entre 1901 et 1905, dans la mesure où les alpinistes spécialisés devront se suspendre à la paroi du défilé pour ancrer les nouveaux panneaux de la passerelle à la roche. « La différence réside dans le fait que les poulies et les règles de l’époque ont laissé place aux mesures de sécurité les plus modernes et qu’un hélicoptère permettra l’acheminement des matériaux jusqu’au chantier », a expliqué Bendodo.

Le sentier aérien, d’1,2 kilomètre de longueur – le Caminito del Rey dans son ensemble mesure 4 kilomètres -, sera rénové avec des poutres et des planches de bois et des ancrages métalliques vissés dans la roche. Sur certains tronçons le sol sera en verre afin que les visiteurs puissent apprécier le défilé. Des guérites de contrôle seront également construites aux deux extrémités du sentier, sur la commune d’Ardales et celle d’Álora ; elles joueront le rôle de porte d’entrée et de sortie, garantissant ainsi une plus grande sécurité.

Les investissements s’étaleront sur deux ans. Le conseil général de Malaga a approuvé le 21 février dernier, lors d’un conseil extraordinaire célébré à Ardales, la répartition des dépenses pour chacun des deux exercices. La quantité correspondant à 2014 est de 1 652 332 euros et celle de l’année prochaine de 591 769 euros, ce qui permettra d’atteindre la somme totale du projet fixée à 2 244 101 euros.

« Nous vivons un jour historique dont nous nous souviendrons très longtemps car, enfin, la décision politique et le travail en commun des institutions nous permettent d’avancer vers notre objectif, qui n’est autre que l’intérêt général de la province de Malaga et de ses citoyens », a conclu Bendodo juste avant la pose de la première pierre sur le défilé par les alpinistes spécialisés.